NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Réchauffement climatique : l’Union Européenne ne baissera pas davantage ses rejets carbone dans l’immédiat

Réchauffement climatique : l'Union Européenne ne baissera pas davantage ses rejets carbone dans l'immédiat
Les eurodéputés conservateurs britanniques n'adhèrent pas aux vues climatiques du Premier ministre David Cameron

Les écologistes apeurés par les conséquences à venir du réchauffement climatique ont de quoi l’avoir mauvaise. Eux qui jugent les objectifs de l’Union Européenne (UE) trop frileux au regard des enjeux actuels – le microcosme scientifique lui-même craint qu’ils ne suffisent pas à limiter la hausse du thermomètre mondial en-deçà des deux degrés celsius – doivent se préparer à… un statu quo. Promises à devenir de plus en plus attractives, les énergies renouvelables voient leur participation à la production d’électricité croître régulièrement mais dans des proportions dont il est à craindre qu’elles demeurent insuffisantes pour changer la donne énergétique continentale à moyen terme. A contrario, leurs aînées fossiles, moins coûteuses, ont de toute évidence le temps de voir venir, et encore des milliers de tonnes de dioxyde de carbone à émettre sans être inquiétées par les pouvoirs publics.

La diminution des émissions de gaz à effet de serre (GES) est en effet bien partie pour rester à 20 % à l’horizon 2020, dix points de moins que le pourcentage réclamé à corps et à cris par les Verts européens. La faute à l’opposition conservatrice britannique qui, très loin des ambitions environnementales affichées par les troupes du Premier ministre David Cameron, a proposé au Parlement européen une série d’amendements ayant anéanti, en tout cas pour le moment, toute possibilité de révision à la hausse. S’il faut se garder de tirer des conclusions hâtives et que le Vieux Continent aura encore l’occasion de voir plus grand, force est d’admettre que des formations politiques, quelles que soient leurs raisons, s’illustrent toujours par une vision environnementale étriquée. Or, certaines ont les armes pour retarder la transition vers une économie verte appelée de ses voeux par le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon lors du Forum économique de Davos (Suisse) en février dernier.

Londres n’est donc pas parvenu à convaincre les Tories d’accélérer la décarbonisation à l’échelle européenne, seuls deux de ses vingt-trois parlementaires ayant souscris aux objectifs gouvernementaux. Huit d’entre eux ont voté contre, les autres préférant ne pas donner suite aux sollicitations dont ils ont fait l’objet. Les réfractaires ont-ils agi  ainsi dans le seul but de se démarquer de l’action climatique de la majorité ? Selon nos confrères du Guardian, il semblerait en réalité qu’ils souhaitent que les efforts déployés outre-Manche, plutôt que de donner des idées à la communauté internationale, s’inscrivent dans un contexte de prise de conscience écologique mondiale.

On en est loin. Comme on est loin, avec de tels raisonnements, d’assister à la mise en place d’une stratégie continentale davantage adaptée à la réalité du changement climatique.

Crédits photos : flickr – DFID / Mikael Miettinen
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • povinc

    pas très encourageant tout ça !

  • povinc

    pas très encourageant tout ça!