NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Quinoa verra

Quinoa verra
La quinoa effectue une percée remarquée dans les modes de consommations occidentaux

Cultivée pour ses graines riches en protéines, le quinoa est devenue tendance. Tant mieux.

Plante herbacée cultivée depuis cinq millénaires sur les hauts plateaux d’Amérique du Sud, le quinoa a été redécouverte récemment. La stevia et elle ont en commun une infortune aux effets centenaires, le manque de considération, d’aucuns parleraient de vigilance, des conquistadores, lesquels sont littéralement passés à côté d’un graine pleine de bonnes choses. Une graine qui était en outre l’une des bases de l’alimentation des civilisations précolombiennes.

Le quinoa peut être qualifiée d’ « hybride », c’est-à-dire qu’elle a l’aspect d’une céréale sans en avoir vraiment le goût et qu’elle appartient à la famille des Chénopodiacées, celle de la betterave et des épinards, avec lesquelles la ressemblance n’est pas frappante. Elle n’est donc pas une graminée comme le riz ou le blé.

Des vertus nutritives

Valeurs sûres dans les magasins avant-gardistes du commerce équitable et de l’agriculture biologiques, les petites barquettes de graines de quinoa – souvent floquées du label « AB » – ont récemment fait leur entrée dans les rayons des supermarchés hexagonaux. En général, elles tentent d’exister au milieu des plats cuisinés et des cordons bleus industriels, pourtant beaucoup plus caloriques et, pour peu qu’on s’attarde sur la liste des ingrédients, pas franchement plus glamours.

Elles peuvent se conserver trois ou quatre semaines au réfrigérateur et sont souvent accompagnées de châtaignes, de noisettes et de fruits secs. L’huile de tournesol et le sel marin concourent au même but que ces agréments : relever la saveur de la graine.

Le profane peut croire que c’est un ersatz de taboulé mais en réalité le quinoa, même « renforcée » de la sorte, est bien plus recommandable.

Abondamment produite au Pérou, en Équateur et en Bolivie, la graine est en effet très digeste, sans gluten et particulièrement concentrée en fer alimentaire ainsi qu’en protéines. Le quinoa est certes pauvre en lipides mais on ne peut pas tout avoir, d’autant qu’elle est aussi très riche en antioxydants, en vitamines, en manganèse et en cuivre. Autant d’attributs qui, d’une façon générale, limitent les risques de certains cancers, d’obésité, de maladies cardiovasculaires et de diabète.

À noter enfin que la quinoa « occidentalisée » est largement débarrassée après lavage de sa grande (et relative) faiblesse, les saponines, substances végétales qui nuisent à l’absorption et à l’utilisation par l’organisme de nutriments important comme le fer. Presque parfait on vous dit, surtout qu’elle fait son effet dans toutes les salades, les gratins et certains gâteaux. Le quinoa aux pommes et aux épices, par exemple mérite le détour. Certains effets de mode gastronomiques ne méritent pas toujours l’engouement des consommateurs, pas celui-ci, qui, plus encore que d’une renaissance, relève de la découverte internationale. Pourvu que ça dure.

Note : Une portion de 20g de quinoa cru contient :

- 75 calories

- 13,8 grammes de glucides

- 2,6 grammes de protéines

- 1,4 gramme de fibres alimentaires

- 1,2 gramme de lipides

Crédit photo : wikimedia - Traumrune
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !