NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Quarante-trois espèces méditerranéennes menacées par la surpêche

Quarante-trois espèces méditerranéennes menacées par la surpêche

D’après une étude réalisée par l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), les poissons en Méditerranée seraient de plus en plus menacés. Certaines espèces seraient même sur le point de s’éteindre, essentiellement en raison de la surpêche, phénomène bien connu qui contribue aussi à la dégradation de la flore marine.

Une mauvaise nouvelle de plus pour Mare nostrum, dont le Census of Marine Life avait déjà estimé en août dernier qu’elle était proportionnellement plus menacée que les autres par les activités humaines, qui par endroits pâtit déjà gravement du tourisme de masse et qui pourrait bientôt souffrir de forages pétroliers en eaux profondes au large de la Libye ainsi que d’une exploitation gazière potentiellement soutenue dans sa partie orientale. Sans parler de l’autorisation accordée l’an passé par les autorités françaises au groupe britannique Melrose Resources pour rechercher du gaz et du pétrole non loin du sanctuaire Pelagos, c’est-à-dire à proximité des côtes varoises…

En Méditerranée comme ailleurs le chalutage de fond ne fait pas la distinction entre les poissons. En l’occurrence il n’est pas rare que des requins, des dauphins et des raies qui ont eu le malheur de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment soient tués en même temps que des thons rouges. Sur les 15 espèces les plus menacées, 14 sont d’ailleurs des requins ou des raies. De même, sur les 15 espèces que l’UICN considère « vulnérables », 8 sont des requins et sept sont des poissons osseux. L’Union a également insisté sur la gravité de la menace qui pèse sur les populations de thons rouges, sources de vives tensions entre Bruxelles et les pêcheurs l’an passé, constatant notamment une réduction de 50 % de leur potentiel de reproduction au cours des quatre dernières décennies.

Et de plaider à son tour pour une pêche plus durable, vœu partagé par une grande majorité d’Européens, et pour un renforcement de la législation via notamment l’abrogation de certaines pratiques particulièrement destructrices. La réduction des quotas de pêche et la création de nouvelles réserves marines, zones protégées dont les autorités françaises aspirent à ce qu’elles se généralisent, ont aussi été évoquées. Des recommandations qu’il va bien falloir suivre pour s’épargner le désastreux spectacle d’une mer sans poisson

Crédit photo : flickr - Lars Plougmann
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !