NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Quand les escargots sauvent les gorilles

Quand les escargots sauvent les gorilles
Le gorille est l’un des animaux les plus menacés sur le continent africain. Il pourrait trouver un allié insolite pour sa sauvegarde en la personne de l’escargot

Victimes d’un braconnage intensif, les gorilles font partie des espèces les plus menacées de disparition en Afrique. Le Wildlife Conservation Society (WCS) tente de mettre en place au Nigeria une solution originale pour les sauver : reconvertir les braconniers en éleveurs d’escargots.

Rarement cités parmi les moyens les plus répandus pour préserver la biodiversité des espèces, les escargots pourraient trouver une nouvelle vocation dans le parc national de la Cross River, une région du Nigeria où séjourne une des dernières poches de gorilles. En forte diminution à l’échelle mondiale, la population de l’espèce a aussi  été en partie décimée au sein de cet espace protégé, certains spécimens ayant été abattus pour fournir de la nourriture à la population locale. Consciente du danger le WCS a cherché à concilier à la fois le bien-être des villageois en trouvant un autre moyen d’assurer leur survie et la protection des derniers gorilles d’Afrique. Ils ne sont en effet plus que 300 à peupler le parc de la Cross River, quelques milliers ayant subi les mêmes vexations que leurs cousins du Congo.

C’est ici que les escargots jouent un rôle primordial : ils constituent une source prisée de protéines, de fer, de calcium, de zinc et de vitamines essentielles (nettement plus complète que la viande de bœuf !), ce qui pourrait permettre de transformer les anciens braconniers en éleveurs. Cette transition serait en tout cas très rentable étant donné que les coûts annuels estimés pour mener à bien un élevage d’escargots s’élèveraient à 87 dollars (71 euros), tandis que la vente de quelque 3 000 individus permettrait de dégager 413 dollars (336 euros) de revenus, d’où une marge nette de 326 dollars (265 euros). Une somme intéressante comparée aux 70 dollars (57 euros) rapportés par le braconnage occasionnel d’un gorille, une activité qui n’est en outre dénuée ni de risques ni de dangers écologiques.

Contrer l’essor du braconnage

Pour l’heure, les prémisses du programme du WCS, lequel est réalisé en collaboration avec la fondation Arcus, concernent huit ex-braconniers de quatre villages situés à proximité du parc. Chacun a obtenu un élevage de 230 escargots géants d’Afrique à reproduction rapide. « Les gens vivant près des gorilles du Cross River National Park ont des difficultés à trouver des sources alternatives d’argent et de nourritures et c’est pourquoi ils braconnent », éclaire James Deutsch, directeur du programme du WCS pour l’Afrique. « Nous travaillons avec eux pour tester différents modes de vie alternatifs mais celui qui semble le plus prometteur, pour ne pas dire le plus novateur, est l’élevage d’escargots », a-t-il ajouté.

Les gorilles du Nigeria sont particulièrement menacés depuis quelques années. A la fois victimes du braconnage, de l’exploitation des mines – notamment de charbon – à la frontière avec le Cameroun, ils se retrouvent au centre de toutes les convoitises. On avait déjà cru à leur extermination dans les années 1980 mais ils étaient heureusement réapparus. Il ne pourrait s’agir hélas que d’une embellie provisoire si l’on en croit certaines projections actuelles qui font état d’une éradication définitive d’ici à 2025. « L’avenir des gorilles de la région du parc dépend du renforcement des lois et des efforts de conservation pour que leur survie soit assurée », souligne Andrew Dunn, directeur du programme national du WCS pour le Nigeria. « Le travail de la fondation Arcus, du WCS et de nos équipes sur le terrain pour développer des modes de vie alternatifs pour les braconniers locaux n’est qu’une étape sur la route de la résurrection de ces animaux incroyables », a-t-il estimé. Il s’agit en tout cas d’une démarche intéressante et donc vraisemblablement nécessaire pour assurer à l’un des rois de la faune un avenir digne de ce nom.

Crédit photo : great lakes
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • Tabi diumetri

    bien j’aimerais entrer en contact avec l’auteur de cet article , je suis éleveur  d’escargot au cameroun ekassith@yahoo.fr