NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Puma exporte le développement durable jusqu’à ses ateliers

Puma exporte le développement durable jusqu’à ses ateliers
PUMA continue sa mue verte et inclut ses fournisseurs dans la démarche. Une vingtaine d’entre eux en Asie, au Portugal et en Turquie, sont maintenant amenés à communiquer d’une manière plus transparente sur leurs actions sociales et environnementales.

L’équipementier sportif allemand a mis un nouveau pied dans l’écologie en demandant à une vingtaine de ses fournisseurs, pour la plupart basés en Asie, d’accroître leur transparence sur leurs activités environnementales et sociales.

Le sponsor des équipes nationales de l’Algérie et du Cameroun n’en est certes pas à son coup d’essai mais cette dernière initiative « verte » va également de pair avec une autre question sensible : la dimension sociale des fournisseurs. Ceux de l’industrie textile sont en effet souvent basés dans des pays émergents ou en développement au sein desquels le respect des droits des travailleurs n’est pas toujours une évidence.

PUMA a donc annoncé le 27 mai lors d’une conférence du Global Reporting Initiative (GRI) à Amsterdam que vingt de ses plus importants fournisseurs, notamment en Asie du Sud-est mais aussi au Portugal et en Turquie, allaient devoir s’engager à devenir des modèles à suivre en termes de transparence et de responsabilité sociale d’entreprise.

Pour ce faire ils publieront eux-mêmes des rapports sur les questions liées au développement durable pour faire connaître leurs actions sociales et environnementales. « Avec ce projet, PUMA s’efforce d’améliorer la transparence ainsi que les conditions de travail et sociales au sein de sa chaîne d’approvisionnement en conseillant la direction des usines sur les points faibles de leurs activités et en leur permettant d’effectuer eux-mêmes les améliorations nécessaires », a précisé le groupe. Cette mesure s’inscrit dans le cadre du programme GANTSCh (Global Action Network for Transparency in the Supply Chain program) mené par le GRI pour amener les entreprises industrielles à communiquer sur leurs initiatives « vertes ».

Déjà des précédents en la matière

PUMA développe ainsi à plus grande échelle son projet-pilote « Transparence dans la chaîne d’approvisionnement », créé en 2006 et géré en collaboration avec le GRI et le Gessellschaft für Technische Zusammenarbeit (GTZ), son équivalent allemand. Dans ce cadre, trois fournisseurs sud-africains de la marque au félin ont été formés à la création de rapports environnementaux, dont le sud-africain Impahla Clothing. Cette succursale de quatre-vingt-huit salariés qui travaille exclusivement avec PUMA fait figure de pionnière : premier fournisseur de vêtements neutre en carbone en Afrique en 2009, l’entreprise s’est en effet vu remettre l’ACCA Award (Association of Chartered Certified Accountants, un syndicat professionnel de comptables reconnu au niveau international).

« Le rapport de développement durable de la chaîne d’approvisionnement est un point clé de la stratégie globale de PUMA en matière de développement », a déclaré Dr Reiner Hengstmann, responsable de Puma Safe, le département des Affaires sociales et environnementales de la société.

« Sans fournisseurs viables, nous ne serions pas capables d’élaborer des produits durables ou d’établir des rapports fiables concernant les initiatives de PUMA en terme de développement durable. Le projet GANTSCh nous permet d’être sûrs que nos fournisseurs comprennent pleinement le concept de développement durable et qu’ils mettent en place des programmes y répondant dans leurs entreprises », a-t-il ajouté. Ce qui, au tableau d’affichage de PUMA, signifie un but en plus pour le développement durable.

Crédit photo : Puma
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !