NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Près de Fukushima, des fermiers japonais refusent d’abandonner leurs troupeaux

Près de Fukushima, des fermiers japonais refusent d’abandonner leurs troupeaux
Le gouvernement japonais a donné l’ordre aux éleveurs de la zone contaminée d’euthanasier leurs troupeaux

A la suite de l’accident nucléaire de Fukushima (Japon), le gouvernement japonais a donné l’ordre aux éleveurs de la zone contaminée d’euthanasier leurs troupeaux. Certains fermiers bravent l’interdiction et continuent à nourrir leurs bêtes.

Un vieil éleveur japonais donne à manger à ses vaches. Réunies dans une étable, rien ne semble pouvoir les déranger. Cette scène aurait pu être banale si elle ne se déroulait pas dans la zone contaminée située autour de la centrale nucléaire de Fukushima. Diffusées par le Guardian, ces images nous font découvrir Yukio Yamamato, l’un des dix éleveurs de la ville de Namie (à environ 40 kilomètres de la centrale accidentée) qui outrepassent l’injonction gouvernementale d’euthanasier leur troupeau entier par injection létale. Impossible pour eux de se résoudre à un abattage généralisé. « Après le 11 mars, j’étais inquiet pour mes vaches. Alors j’ai commencé à revenir à la ferme une fois tous les deux jours », confie M. Yamamato devant la caméra de nos confrères. Ayant obtenu un permis qui lui permet de rentrer dans la zone d’évacuation, il effectue 6 heures de trajet pour venir s’occuper de ses bêtes.

Au milieu des ruines, ses 36 vaches, qui un jour furent récompensées pour leur qualité supérieure, semblent bien seules. L’activité humaine dans la région a pratiquement cessé depuis que les 80 000 habitants résidant autour de la centrale de Fukushima ont été évacués. D’après le quotidien britannique, l’abandon rapide de la ville a forcé les éleveurs à laisser derrière eux fermes et animaux, les condamnant à une mort certaine, lente et douloureuse, due à la faim. Près de 1 000 vaches se seraient par ailleurs échappées de leur enclos, livrées à elles-mêmes et hors d’atteinte des consignes d’abattage du gouvernement.

Les bêtes de M. Yamamato ne sont donc qu’un exemple parmi d’autres. Et comme pour tous les troupeaux encore épargnés, leurs jours sont comptés car la nourriture commence à manquer. Mais le fermier, qui considère ces animaux comme des membres de sa famille, se refuse à les abandonner. Il réclame aujourd’hui une investigation approfondie afin de déterminer si ses vaches sont réellement contaminées. Près de sa ferme, le taux de radiation est pourtant de 13,6 microsieverts (soit environ soixante-huit fois plus que le seuil légal), un an après l’accident. « Nous acceptons que la viande ne soit jamais mise en vente, mais les vaches pourraient être utilisées à d’autres fins commerciales », suggère Ryoichi Harada, un autre fermier « rebelle » cité par le Guardian.

« Le Japon est censé être une nation développée, alors comment se fait-il que nous avons oublié de prendre soin de nos animaux ? », interroge M. Yamamato. Un cri de désespoir dans une situation complexe pour cet homme qui se raccroche à tout ce qu’il reste de son élevage. Et dont l’avenir, pour lui comme pour ses bêtes, est plus que jamais incertain.

Crédits photos: flickr - Dave Hogg / geograph - BrianP
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.pearltrees.com/zegreenweb/fukushima/id3041071 Fukushima | Pearltrees

    [...] Près de Fukushima, des fermiers japonais refusent d’abandonner leurs troupeaux | zegreenweb A la suite de l’accident nucléaire de Fukushima (Japon) , le gouvernement japonais a donné l’ordre aux éleveurs de la zone contaminée d’euthanasier leurs troupeaux. [...]

  • Visiteur

    Cela me rappelle les fermiers de Tchernobyl qui ne voulaient pas partir non plus. Il est inconcevable d’être arraché à sa terre ainsi, mais pour leur propre survie, il faudrait les raisonner.
    http://fukushima.blogs.nouvelobs.com/