NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Pourquoi l’iPhone 4S n’était peut-être pas indispensable

Pourquoi l'iPhone 4S n'était peut-être pas indispensable
Nous attendions un iPhone 5 et nous n'avons eu droit «qu' » à un iPhone 4S. Certes plus performant que son aîné, ce nouveau modèle induira nécessairement d'importantes quantités de déchets électroniques. À cet égard peut-être eut-il été plus judicieux sur le plan écologique de passer directement au « numéro cinq », quitte à retarder son lancement...

Les amateurs du genre le savent bien : Apple n’est plus seul sur le créneau des smartphones. Le géant sud-coréen Samsung en particulier est bien déterminé à damer le pion à la marque à la pomme avec sa gamme Galaxy, qui jouit désormais d’une notoriété planétaire…

La multinationale américaine voit l’étau se resserrer autour d’elle et se devait de réagir en plaçant la barre encore plus haut, sauf qu’en fait d’iPhone 5, les mordus de high-tech qui piaffent d’impatience depuis la sortie du quatrième opus en juin 2010 ont eu droit hier à la présentation par le nouveau directeur général d’Apple Tim Cook d’un… iPhone 4S. La déception a visiblement été à la mesure de l’attente, le cours de l’action ayant chuté de 4 % en fin de séance à Wall Street. Bien que le nouvel iPhone – qui sera disponible en France le 14 octobre prochain à partir de six cent vingt-neuf euros - soit plus rapide que son aîné, ait été équipé de la reconnaissance vocale via l’outil Siri et ait vu sa fonction appareil photo ainsi que l’autonomie de sa batterie améliorées, ils ont été nombreux à faire part de leur incompréhension. Ainsi Colin Gillis, analyste chez BGC Partners : « cela fait seize mois et tout ce qu’on a, c’est un processeur A5 dans l’iPhone 4 existant ».

Le groupe de Cupertino (Californie) se repose-t-il sur ses lauriers ? N’était-il tout simplement pas prêt ? Il y a en tout cas de quoi rester pantois devant ce qui s’apparente à un pétard mouillé d’autant plus incompréhensible que l’iPhone, dont le succès ne s’est jamais démenti depuis la sortie du premier modèle en 2007, pèse plus de 40 % de son chiffre d’affaires.

Encore des déchets électroniques à profusion

Du strict point de vue écologique, il eut aussi été de bon ton de se passer de cette version améliorée. Car même si l’accueil que les « fidèles » lui ont réservé a été plus que mitigé, il ne fait guère de doute qu’elle s’écoulera malgré tout elle aussi à plusieurs millions d’exemplaires, sachant qu’Apple a déjà vendu cinquante-cinq millions d’iPhones au cours des trois premiers trimestres (cent-trente millions au total) (!) Il en résulte un gigantesque potentiel de DEEE et parallèlement, selon toute vraisemblance, un florilège d’anciens terminaux qui, quand ils ne croupiront pas au fond d’un tiroir, atterriront directement à la poubelle et achèveront de fait leur existence dans un incinérateur. La filière du recyclage a beau s’organiser, elle ne pourra évidemment pas absorber la totalité du flux et donc empêcher le triste spectacle d’une propagation significative de substances toxiques dans les décharges.

Le tableau n’est cependant pas tout noir. Les composantes du nouvel - il est tout de même nouveau – iPhone sont en effet moins énergivores, plus fines et plus légères que celles des précédents modèles mais aussi moins nombreuses, d’où un processus de fabrication moins polluant sans pour autant attenter à la performance. L’arsenic, le mercure, les phtalates, le PVC et les retardateurs de flamme bromés (RFB), eux, ont été exclus du processus de fabrication. De même, chaque écran sur chaque produit est maintenant pourvu de LEDs (Light-Emitting Diode) sans mercure. Apple a enfin assuré que chaque rebut qu’elle collecte à travers ses programmes volontaires et réglementaires dans le monde est transformé dans la région dans laquelle il a été recueilli. Promis, juré : rien ne serait expédié à l’étranger pour le recyclage ou l’élimination desdits déchets et l’entreprise n’autoriserait pas la destruction de D3E dangereux dans des décharges ou des incinérateurs.

Montrée du doigt il y a quelques semaines par des ONG chinoises à travers les agissements peu scrupuleux de certains de ses fournisseurs, la marque à la pomme s’est-elle vraiment rachetée une conduite ? Que l’iPhone 4S devienne ou non le bide commercial que redoutent déjà certains experts vu son design pas franchement novateur, on était quoi qu’il en soit en droit d’espérer d’elle l’iPhone 5 promis. Et non une déclinaison perfectionnée du quatrième qui, ses atouts technologiques et les efforts louables de conception précités mis à part, impactera de toute façon négativement sur la planète…

Crédit photos : flickr – Yutaka Tsutano / Apple
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.scoop.it/t/veille-techno-par-la-cftc-hus/p/518729263/pourquoi-l-iphone-4s-n-etait-peut-etre-pas-indispensable Pourquoi l’iPhone 4S n’était peut-être pas indispensable | Veille Techno Autrement | Scoop.it

    [...] Pourquoi l’iPhone 4S n’était peut-être pas indispensable Nous attendions un iPhone 5 et nous n'avons eu droit «qu' » à un iPhone 4S. Certes plus performant que son aîné, ce nouveau modèle induira nécessairement d'importantes quantités de déchets électroniques. À cet égard peut-être eut-il été plus judicieux sur le plan écologique de passer directement au « numéro cinq », quitte à retarder son lancement… [...]

  • visiteur

    RIP Steve Jobs

  • visiteur

    “on était quoi qu’il en soit en droit d’espérer d’elle l’iPhone 5 promis”

    Et promis par qui, si ce n’est vous-même ??

    Apple n’a jamais promis d’iPhone 5. Depuis le début, elle prévoyait de ne rien changer au design par rapport à l’iPhone 4, qu’elle juge parfait et qu’elle ne changera pas pour le plaisir de changer.

    Pour rappel, le design de l’iMac n’a pas changé depuis 2007, celui du Power Mac depuis 2003… Même le MacBook Air a très peu changé depuis son lancement en 2008, idem pour le MacBook Pro Unibody sorti la même année (et qui reprenait déjà l’apparence extérieure inaugurée par le PowerBook G4 en 2003).

    Le but d’Apple n’est pas de proposer un nouveau design par an, mais les meilleurs produits possibles. Un changement de design ne peut s’inscrire que dans la perspective d’une amélioration qualitative sensible (minceur, autonomie, légèreté…).

    C’est d’autant plus absurde de s’imaginer qu’Apple change de design tous les ans que déjà l’iPhone 3GS était exactement identique, en termes de design, à l’iPhone 3G.

  • http://www.scoop.it/t/planete-durable/p/520297815/pourquoi-l-iphone-4s-n-etait-peut-etre-pas-indispensable-zegreenweb Pourquoi l’iPhone 4S n’était peut-être pas indispensable | zegreenweb | Planete Durable | Scoop.it

    [...] Pourquoi l’iPhone 4S n’était peut-être pas indispensable | zegreenweb Nous attendions un iPhone 5 et nous n'avons eu droit «qu' » à un iPhone 4S. Certes plus performant que son aîné, ce nouveau modèle induira nécessairement… Source: http://www.zegreenweb.com [...]