NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Pour les Vieilles Charrues les voyants sont au vert

Pour les Vieilles Charrues les voyants sont au vert
Chaque année ce sont plus de 100 000 festivaliers qui investissent le site de Kerampuilh à l’occasion des Vieilles Charrues de Carhaix. Un évènement majeur de l’été musical qui fait aussi une place de choix à l’environnement

Tous les ans c’est le même refrain : Carhaix revient sur le devant de la scène musicale avec ses célèbres Vieilles Charrues. Le plus grand festival rock de France, qui attend cette année plus de deux cent mille spectateurs, a débuté hier. Et pour cette 19ème édition les organisateurs ont encore plus pensé au développement durable que les autres années.

Les festivals des quatre coins de la France, de Belfort à la Rochelle, sont décidément bien en phase avec l’écologie. Il en est de même à Carhaix, où protéger l’environnement est presque une nécessité dans cette partie du Finistère bien rurale, d’autant qu’un évènement aussi important a un impact écologique conséquent. Les organisateurs l’ont bien compris et ont donc, depuis plusieurs années déjà, cherché à faire des Charrues, un « festival éco-citoyen ».

Ils font ainsi partie d’un collectif créé en 2005 qui regroupe plusieurs évènements musicaux bretons – six au début, vingt-deux aujourd’hui. Rapidement soutenu par la Région Bretagne et l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) il a été à l’origine d’une « Charte des festivals engagés dans le développement durable et solidaire en Bretagne ». Un « Collectif des festivals engagés dans le développement durable et solidaire en Bretagne » a aussi vu le jour le 17 novembre dernier. Il engage ses membres à entreprendre des actions dans cinq thèmes, dont la lutte contre le changement climatique et la préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources. La cohésion sociale et la solidarité entre les territoires et les générations, l’épanouissement de tous les êtres humains et la dynamique de développement suivant des modes de production et de consommation responsables sont les autres piliers fondateurs de ce collectif.

Protéger Kerampuilh

A Carhaix cette souscription des organisateurs se traduit notamment par la généralisation du tri sélectif – en fait en vigueur depuis huit ans – dans le but de préserver les vertes prairies de Kerampuilh (NDLR : Le site où se réunissent les festivaliers), ce qui permet chaque année d’éviter l’incinération d’une cinquantaine de tonnes de déchets, soit 25% des déchets produits pendant la durée des festivités. Toujours sur le site, mais pour la première fois cette année, les gobelets jetables sont proscrits et remplacés par des verres réutilisables et consignables. Egalement attachée à préserver l’eau la direction a par ailleurs mis en place en 2008 des fontaines et ainsi permis d’économiser 13 500 bouteilles plastiques cette année-là (NDLR : en 2009 les économies ont été estimées à quelque 400 m3 d’eau).

L’économie sociale et solidaire n’est pas en reste, en réponse à plusieurs des objectifs définis dans l’Agenda 21. 80% des fournisseurs du festival sont ainsi situés en Bretagne et 25% en Centre-Bretagne. Des pourcentages intéressants eu égard aux problèmes de dynamisme économique que connaît cette région, victime de la désertification des campagnes et d’une urbanisation encore galopante. Les entreprises locales sont donc invitées à s’associer à la dynamique des Vieilles Charrues.

Une autre initiative très populaire auprès des jeunes a été renouvelée cette année : l’aller-retour en TER fixé à dix euros, quelque soit le lieu de départ en Bretagne, pour se rendre sur les lieux des festivals, qu’il s’agisse des Vieilles Charrues ou de la Route du Rock à Saint-Malo. Les festivaliers n’ont en outre à débourser qu’un euro et cinquante centimes pour faire le trajet en bus à partir de 25 villes et le covoiturage est également encouragé. Ces mesures permettent aussi de générer d’importantes économies de gaz à effet de serre (GES), en plus d’éviter aux festivaliers de prendre leur voiture, avec tous les risques que cela sous-entend, pour se rendre sur place.

Après Muse hier ils auront la chance pendant ces trois jours de voir en concert des stars comme Mika, Indochine et Phoenix. Et ce en faisant du bien à la planète.

Crédit photo : Gilles Kerboriou
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • jenn

    J’y étais ! C’était trop cool !
    toutes les mesures écolos sont assez cool et du coup ça sensibilise les gens sur place, enfin avant l’apéro parce qu’après bon ;-)

  • jane

    excellent festival, et excellent apéro !