NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Pollution intérieure : pensez aux plantes

Pollution intérieure : pensez aux plantes
Une simple plante verte (ici un Ficus) peut vous protéger de la pollution.

Les COV font des ravages sur notre organisme, et cela au quotidien sans que nous y prenions forcément garde. Afin de purifier son air, nul besoin d’investir forcément dans un purificateur d’air : rien de tel que de faire confiance à la nature. Comme nous allons le voir, les plantes ont des vertus écologiques qu’il ne faut pas négliger. A condition de bien les choisir.

A une époque où les composés organiques volatils sont une des principales sources de pollution de l’air intérieur de nos habitations, une aide précieuse pourrait nous venir de la nature elle-même, et plus précisément de certaines plantes. En effet, grâce à leur métabolisme (c’est-à-dire les évolutions moléculaires et énergétiques qui ont lieu dans son leur organisme), les plantes peuvent absorber un grand nombre de COV comme le formaldéhyde, le monoxyde de carbone, le toluène, l’ammoniac ou le benzène, issus des solvants, colles de moquette, peintures, meubles, gazinières, etc. Pour schématiser le processus, les plantes avalent ces substances pour les transformer en nutriments.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, c’est la NASA qui a d’abord révélé les bienfaits des végétaux pour assainir l’air. Etant donné que les navettes spatiales étaient à peu près entièrement conçues en matières plastiques, matériaux isolants ou fibre de verre, les astronautes s’y empoisonnaient au fil du temps. Le docteur Wolverton (affilié à l’agence spatiale américaine) a travaillé pendant plus de dix ans sur la capacité des plantes à dépolluer un espace fermé. Il avait ainsi conclu ses travaux en 1984 : « Si l’homme doit évoluer dans des environnements clos, sur Terre ou dans l’espace, il doit s’appuyer sur des supports naturels de vie : les plantes ». La plante est une arme redoutable afin de lutter contre ces COV qui brûlent nos yeux et attaquent quotidiennement nos bronches. C’est le principe de la bioépuration.

Quelles plantes choisir ?

Hélas, toutes n’ont pas les mêmes caractéristiques. A chaque molécule toxique correspond une variété de plante bien précise pour en venir à bout : humidification de l’air, odeur de tabac trop importante, formaldéhyde, ammoniac, trichloréthylène provenant des solvants de la peinture murale, voici comment choisir votre parade naturelle à ces problèmes de tous les jours.

Comment en finir avec le formaldéhyde

Ce gaz toxique volatil est pernicieux : il est presque partout mais demeure très discret (il se dégage notamment des matières isolantes, isolations trop anciennes, meubles, ainsi que de certains détergents, tissus, laques, vernis, colles, etc.). Pour en finir avec lui, optez pour le syngonium ou l’Aloé barbadensis, l’indémodable ficus (toutes les variétés sont envisageables), un palmier kentia. Ou, plus rare, achetez un pothos, un aglaonema ou un Dracaena fragrans.

Lutter contre la pollution liée au chauffage

Le chauffage diffuse souvent, et à trop haute dose, du monoxyde de carbone, qui peut conduire fréquemment à l’évanouissement ou, pire encore, à l’asphyxie. Encore une fois, le pothos sera à même de résoudre ce problème : il peut en effet absorber jusqu’à 90 % d’un gaz toxique en l’espace d’une seule journée.

Le tabac, c’est tabou, les plantes en viendront à bout

La cigarette laisse une odeur désagréable et peut notamment être responsable d’une trop forte teneur en benzène dans un intérieur. Une seule solution : installer soit du lierre (très esthétique et de plus en plus tendance), un chlorophytum (qui combat aussi le monoxyde de carbone et contribue à rendre l’atmosphère moins allergène), ou encore un sansévieria. En plus de débarrasser la pièce de l’odeur de tabac froid, il la purifie.

L’air est trop sec, que faire ?

Avec le chauffage électrique, notre fâcheuse habitude consistant à ne pas suffisamment aérer les pièces, ou encore la climatisation, nous asséchons continuellement notre air. Pour y remédier, rien de plus efficace que la fougère pour humidifier la pièce (le ieffenbachia, le gerbera ou de nouveau le pothos peuvent être d’un grand secours).

Les produits gorgés d’ammoniac

Ces produits sont les nettoyants ménagers. Pour s’en débarrasser, vous pouvez choisir le lierre ou le ficus ou encore un anthurium. Sinon, l’azalée ou le palmier à cannes sont particulièrement précieux afin de capter les molécules ammoniaquées. A noter : mettez-les de préférence dans votre séjour ou votre cuisine, dans une zone ombragée.

Meubles, moquettes, peinture : en finir avec leurs émissions toxiques

Le champion toute catégorie, le ficus, sera encore une fois votre allié principal pour entrer dans une lutte sans merci contre les composés organiques issus des colles de moquette. Les gerberas ont également fait leurs preuves dans ce domaine. Les mousses et les tissus d’ameublement étant aussi allergènes, le spatphyllum est le choix idéal pour assainir l’intérieur de sa maison.

Au bureau et à l’école

Les salles de cours et le bureau sont les lieux où nous passons l’essentiel de nos journées. Les ordinateurs, les imprimantes, les fax, les photocopieuses, les néons, les halogènes : tous ces outils technologiques peuvent générer du stress et gâter notre humeur. Plusieurs études ont montré que cohabiter avec des plantes contribue à la bonne humeur des élèves ou des salariés, qui sont davantage productifs et concentrés (la diminution des migraines est estimée à 30 %, celle de la fatigue à 20%, tout comme celle des irritations des voies respiratoires). Ces végétaux sont le ficus, le rhapis ou le photos.

Un cactus contre les ondes ultra-magnétiques

Le cactus colonnaire (aussi joliment dénommé le « Cierge du Pérou ») serait capable d’absorber les ondes qui proviennent des fours à micro-ondes, du terminal wifi, des écrans d’ordinateur, de la télévision… Il faut juste veiller à ce qu’il soit toujours placé près d’une source de lumière naturelle. Son prix de trente euros pourrait freiner les ardeurs, mais étant donné qu’il ne nécessite presque aucun arrosage et qu’il prend soin de notre santé, c’est un moindre mal…

Des cockpits de fusées jusqu’aux salles de bain et cuisines en passant par le living room, les plantes sont véritablement indispensables à notre vie de tous les jours. Esthétiques et pleins de vertus écologiques, les végétaux d’intérieur sont l’arme numéro un pour nous soigner de nos migraines et de nos irritations oculaires. Et vu que nous passons de 80 à 90 % de notre temps entre quatre murs, il vaut donc mieux que notre espace soit le plus harmonieux possible, aéré, et…  rempli de verdure.

Faisons une fleur à notre santé, utilisons les plantes !

Crédit photo : flickr – ndrwfgg
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !