NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Pollution en Chine : les Pékinois invités à… rester chez eux

Pollution en Chine : les Pékinois invités à… rester chez eux
La pollution atmosphérique à Pékin et Shangai pourrait amener les pouvoirs publics à repenser le modèle de développement chinois

Les autorités paraissent à présent dépassées…

Ayant manifestement pris la mesure de la colère de ses concitoyens et des médias, la municipalité de Pékin (Chine) a, on l’a vu, pris plusieurs décisions pour (tenter de) réduire l’omniprésente pollution atmosphérique, « star » incontestée de ce début d’année dans l’Empire du Milieu. Au point d’avoir déclenché un tollé d’envergure nationale et de graves interrogations quant au modèle économique en vigueur, lequel s’est vu explicitement reprocher, à juste titre, on en conviendra, de négliger la protection de l’environnement et des populations.

S’achemine-t-on vers une « révolution verte » ? Le pouvoir central peut-il – et veut-il – repenser ledit modèle, dans un contexte de forte croissance démographique, donc de hausse substantielle de la demande énergétique, et alors que la Chine est en passe de devenir la première puissance économique de la planète (elle détient déjà, rappelons-le, le leadership mondial en matière de rejets de gaz à effet de serre) ? Dans la capitale, la fermeture temporaire d’usines polluantes, l’interdiction de certaines catégories de véhicules, le retrait de la circulation d’environ cent quatre-vingt-mille d’entre eux cette année, la proscription de la construction de nouvelles cimenteries et aciéries, le remplacement de systèmes de chauffage au charbon par des équipements écologiques dans quarante-cinq mille logements ainsi que l’entrée en vigueur dès demain d’une nouvelle norme d’émissions baptisée « Pékin 5 », censée réduire les rejets d’oxyde d’azote (NOx) de 40 %, n’ont pas fait l’unanimité, loin de là.

Pour louables qu’elles soient, ces initiatives équivaudraient à un emplâtre sur une jambe de bois, assurent des experts environnementaux de la mégapole – qui compte environ vingt millions d’habitants -, tandis que les Pékinois perdent patience. Les plus vulnérables d’entre eux ne sont pas au bout de leurs peines, la mairie leur ayant recommandé hier de rester si possible à leur domicile, en attendant que l’épais brouillard de particules fines qui surplombe actuellement Pékin et sa région se dissipe.

Une « airpocalypse » qui s’éternise

« Le gouvernement municipal a déconseillé de sortir aux enfants, aux personnes âgées et aux résidents à la santé pouvant être affectée par les particules nocives, et d’en tout cas limiter leurs sorties. Et les radios du matin invitaient les habitants à rester le moins possible dans les rues, où de plus en plus d’habitants se déplacent le visage recouvert d’un masque filtrant, certains le conservant même à leur travail ou à leur domicile », rapportent nos confrères de l’AFP.

La croissance chinoise serait-elle excessive, dans le sens où elle irait de pair avec une pollution de l’air brutalement devenue inacceptable ? L’« airpocalypse », surnom donné par les médias au phénomène qui fait la une de l’actualité dans le pays le plus peuplé du monde, est-elle une situation temporaire ou amenée à ressurgir régulièrement ?

Force est en tout cas de constater que les pouvoirs publics sont pour l’heure dépassés par les événements. L’afflux vers les hôpitaux de milliers d’habitants confrontés à de sérieuses difficultés respiratoires ou encore les nombreuses annulations ou retards de vols ces dernières semaines sont quant à eux deux phénomènes parmi d’autres qui doivent inciter la nouvelle administration de Xi Jinping à remettre bien des choses en cause.

L’attente populaire n’a sans doute jamais été exprimée de manière aussi forte et la pression sur elle est désormais considérable. Le gouvernement pliera-t-elle sous son poids ou réussira-t-il à la surmonter ? Une chose est sûre : un pays au sein duquel l’atmosphère est par endroits – en l’occurrence, dans ses deux villes les plus importantes – irrespirable a l’obligation de réagir.

Crédits photos : flickr / orangeandmilk – J Aaron Farr
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !