NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Primaires EELV : Nicolas Hulot sera candidat

Primaires EELV : Nicolas Hulot sera candidat
L'annonce de la candidature de Nicolas Hulot aux élections primaires d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) devrait intervenir dans les prochains jours

L’écolo préféré des Français a pris son temps pour peser le pour et le contre, suscitant au passage l’exaspération de certains cadres du parti dont Eva Joly, mais cette fois c’est quasiment sûr : il ira bel et bien au charbon.

Le temps des consultations, aussi bien en interne qu’en externe, est à présent révolu – enfin, diront les mauvaises langues -  et c’est un Nicolas Hulot bénéficiant d’une cote de popularité à faire pâlir le chef de l’État qui, selon le député Europe écologie-Les Verts (EELV) de Paris Yves Cochet cité par nos confrères de BFM TV ce matin, se prépare à relever un nouveau défi.

Un défi mûrement réfléchi, un défi qu’il a longtemps estimé « contre-nature », un défi aux antipodes de cette vie de globe-trotter et de soldat vert non-étiqueté qui a fait sa notoriété mais à laquelle il va devoir renoncer, au moins provisoirement. Passablement ulcéré par le report sine die de la contribution carbone, pourtant défendue bec et ongle par l’Élysée jusqu’au revers cinglant de la majorité aux élections régionales de mars dernier, déçu par la tournure qu’a pris le Grenelle de l’environnement, ces États généraux verts sur lesquels sa Fondation fondait beaucoup d’espoirs, « Sain Nicolas » va donc vraisemblablement tenter la terre-à-terre aventure politique.

Des atouts indéniables

A priori – la prudence doit toujours être de mise en ce qui le concerne – à gauche de l’échiquier, lui le grand ami de Jacques Chirac, qui a voulu lui offrir le ministère de l’Environnement après sa réélection, et avec un capital sympathie supérieur à celui de Mme Joly. Avec aussi de solides soutiens au sein d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) – dont il avait assisté à la naissance à Lyon (Rhône), officiellement en tant de témoin, en novembre dernier – et l’image d’un homme combatif, déterminé, intègre et désintéressé (même si certains s’émeuvent de ses liens financiers avec certaines grandes entreprises accusées de mener une politique environnementale pour le moins timorée). Le placide père du Pacte écologique a à ces titres de bonnes raisons de croire qu’il briguera le poste suprême l’an prochain.

D’après un sondage BVA pour Orange, L’Express et France Inter dont les résultats ont été dévoilés hier, Nicolas Hulot obtiendrait 8 % des suffrages exprimés (NDLR : Candidate des Verts lors des élections présidentielles de 2007, Dominique Voynet n’avait récolté que 1,57 % des voix au premier tour). Un score perfectible mais honorable et surtout conforme à la bonne tenue de la gauche écologiste lors des élections européennes de 2009, des élections régionales de l’an passé et du récent scrutin cantonal, qui a vu EELV doubler son nombre de conseillers généraux. L’officialisation imminente de la candidature de l’animateur d’Ushuaïa devrait soulager bien des membres du parti désireux de définir une ligne claire le plus tôt possible mais pour Nicolas Hulot le plus difficile reste à faire : fédérer, à travers un projet de nature à contenter toutes les tendances du parti.

Son manque d’expérience pourrait jouer contre lui. Son aura et sa connaissance de tous les grands dossiers écologiques, elles, sont des atouts inestimables. Ils ne seront assurément pas de trop pour qu’EELV continue de jouer les troubles-fêtes.

Crédits photos : Wikimedia Commons – Olivier Tétard / Alvaro
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • pierre d

    C’est un excellent défenseur, mais il a le charisme d’une moule… Il n’est absolument pas fait pour la politique politicienne. La seule offerte en France en ce moment…

  • vertdo

    vous comparez ( NDLR) le score d’un sondage au résultat de D Voynet . C’est vraiment de la manipulation de la part d’un apriori pro-Hulot . En fait N Hulot ne fait pas plus qu’eva Joly ( qui n’est pas un “cadre” d’EELV)… Vous faites partie de ces gens qui confondent la popularité de Hulot car il est vu comme un non politique avec ce qu’il pourrait engendrer comme vote ! en fait vous vous illusionnez sur l’impact qu’il pourrait avoir sur cette présidentielle . vous êtes très parti-pris et donc vous oubliez aussi que le sondage dont vous parlez le met aussi à 7% selon une autre hypothèse de candidat socialiste ….un score identique à eva Joly qui elle aussi est une personnalité de la société civile . J’ai bien peur que votre enthousiasme ne ressemble à l’hystérie collective qui eût lieu lors de la candidature de S Royal dont on connaît comme elle termina !
    Eva joly part avec un train d’avance , même si elle n’a pas la popularité de Hulot , et je pense que le fait que les partisans de la candidature Hulot veuillent retarder la primaire est l’aveu que l’effet Hulot risque de s’essouffler bien vite …

  • jc

    Seul sa popularité va pouvoir peut être aider EELV à se faire entendre, je pense que son rôle est surtout là

  • daniel d

    Il n’est pas nécessaire d’être pro-Hulot –ce qui est mon cas- pour constater que :
    -Si « Sain Nicolas » n’a pas beaucoup de charisme, il suscite néanmoins plus de sympathie qu’Eva Joly dont l’amabilité n’est pas précisément le point fort, son expression orale et sa sortie sur DSK ayant d’ores et déjà douché quelques enthousiasmes…Et pour ce qui est de la politique politicienne qui nécessite un minimum de souplesse dans la rhétorique, il paraît infiniment mieux armé qu’une Eva Joly confondant allégrement débat d’idées et instruction judiciaire…
    - N.Hulot est suffisamment intelligent pour ne nourrir aucune illusion sur ses chances d’être élu Président de la République…Ce n’est d’ailleurs ni le but ni le sens d’une candidature EELV qui sont, à mon avis du moins mais j’ai la modestie de penser que je peux faire erreur, de participer activement au débat présidentiel, d’occuper la place qui revient à ceux qui se sentent concernés par le développement durable et la défense de l’environnement, et d’y rendre audible la problématique écologique dans son ensemble. Un bon score du candidat EELV peut le placer en position d’arbitre du second tour, ou en tout cas obliger l’heureux élu final à intégrer une forte dose d’écologie dans son programme.

  • vertdo

    @ daniel d

    vous confondez l’écologie et la défense de l’environnement . EELV n’a pas vocation à populariser un pacte Hulot comme en 2007. C’est pourquoi la candidature Hulot n’est pas “bandante” .

    quant à vos clichés sur eva Joly …..ne sont que des clichés

  • daniel d

    @vertdo
    J’aurais pourtant cru que la défense de l’environnement faisait partie intégrante de l’écologie dans son acception la plus large, mais vous devez avoir raison et je dois certainement confondre, ça n’a absolument rien à voir.
    Par conséquent, je suppose que les défenseurs de l’environnement n’ont rien à voir non plus, ni électoralement ni politiquement avec les écologistes ?
    Lisez bien ce que j’ai écrit : « rendre audible la problématique écologique dans son ensemble »…Mais là encore je dois me tromper, c’est pourquoi j’attends avec impatience qu’un expert en écologie politique m’explique le pourquoi d’une candidature écologiste…

    Libre à vous de ne pas trouver « bandante » la candidature de Nicolas Hulot, moi c’est Eva Joly que je ne trouve pas « bandante », à aucun égard d’ailleurs. Et si vous voulez parler des clichés liés à cette personne, parlez de celui que véhicule EELV et qui consiste à dire qu’elle est par essence d’une honnêteté absolue puisqu’ancienne juge d’instruction !!!