NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

La pollution atmosphérique s’installe en France

Douze millions de Français sont établis dans des zones présentant des taux de pollution supérieurs aux seuils autorisés.
La plupart des grandes agglomérations françaises ont été confrontées l'an passé à des épisodes de pollution au dioxyde d'azote (NO2).

Près d’un cinquième de nos compatriotes vivent dans des zones présentant des taux de pollution supérieurs aux seuils autorisés.

Il serait injuste de dire que les pouvoirs publics restent les bras ballants, mais le fait est que la pollution atmosphérique ne recule pas dans nos frontières. Révélée par le ministère de l’Écologie, auteur d’un bilan annuel de la qualité de l’air, une donnée en particulier fait froid dans le dos : douze millions, comme le nombre de nos concitoyens domiciliés dans des zones où l’atmosphère a dépassé les normes légales de particules PM10 (NDLR : Des particules microscopiques, d’un diamètre inférieure à dix micromètres, émises essentiellement par la filière agricole, l’industrie manufacturière, le secteur résidentiel et tertiaire ainsi que le transport routier) l’an passé.

« Les températures froides du premier trimestre, associées à des conditions anticycloniques relativement stables, ont favorisé les émissions dues au chauffage et à la non-dispersion des particules, conduisant à un nombre élevé de dépassements des valeurs limites réglementaires en début d’année », a également précisé l’Hôtel de Roquelaure, repris par nos confrères de 20 Minutes. De même, « la valeur limite journalière de cinquante microgrammes par mètre cube d’air à ne pas dépasser plus de trente-cinq jours par an l’a été en Alsace, en Champagne-Ardenne, en Haute Normandie, en Île-de-France, en Midi-Pyrénées, dans le Nord-Pas-de-Calais, en Provence-Alpes-Côte-d’Azur, en Picardie et en Rhône-Alpes [NDLR : La Martinique (région d’outre-mer) et la Réunion (département d’outre-mer) ont elles aussi été confrontées à cette situation) », soit dans près de la moitié des régions de l’Hexagone.

Or, il est avéré que les particules fines, facilement inhalables et qui selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) seraient responsables de quarante-deux mille décès prématurés chaque année en France (NDLR : Sept fois plus que les accidents de la route. Autre statistique, qui émane elle aussi de l’OMS : près d’un million cinq cent mille personnes mourraient chaque année dans le monde à cause de la pollution de l’air), pénètrent le système respiratoire. Ce faisant, elles aggravent les allergies et l’insuffisance respiratoire.

Les Zones d’actions prioritaires pour l’air (ZAPA) ont du plomb dans l’aile

Selon le ministère, toutes les grandes agglomérations françaises ont en outre été confrontées à des épisodes de pollution au dioxyde d’azote (NO2), un gaz à effet de serre brun-rouge toxique, à l’odeur âcre et piquante caractéristique, émis en grand majorité par les transports et «particulièrement nocif pour la santé humaine. C’est un gaz irritant pour les bronches. Chez les asthmatiques, il augmente la fréquence et la gravité des crises. Chez l’enfant, il peut favoriser certaines infections pulmonaires », détaille le ministère.

À Paris, mais aussi à Besançon (Doubs), Lyon (Rhône), Marseille (Bouches-du-Rhône) ou encore Reims (Marne), le NO2 a dépassé le seuil limite de quarante microgrammes par mètre cube. Raison de plus pour se retrousser les manches, d’autant que si d’aventure la France devait échouer à rectifier le tir, elle pourrait devoir s’acquitter d’une amende de plusieurs centaines de millions d’euros émanant de l’Union Européenne (UE) .

Manifestement consciente de l’urgence de la situation, la ministre de l’Écologie Delphine Batho a eu la bonne idée d’« inscrire la prévention des risques sanitaires environnementaux à l’ordre du jour de la Conférence environnementale de septembre. Une réunion de travail avec les collectivités volontaires engagées dans l’élaboration de zones d’actions prioritaires pour l’air (ZAPA) » est aussi prévue, rapporte le site Internet du quotidien. Celle-ci arrive à point nommé, le processus de création desdites zones, prévu par le précédent gouvernement pour s’achever en 2015 et qui doit amener une réduction de 30 % des particules fines en suspension dans l’air des communes participantes *, tardant à se mettre en place.

Le système ciblant les véhicules les plus pollueurs, à savoir les vieux moteurs diesel, les municipalités estiment en effet qu’il pénalise d’abord les conducteurs les moins aisés. Il faudra cependant bien trouver une solution satisfaisante pour tous, sans quoi la pollution atmosphérique et par extension le réchauffement climatique continueront de s’intensifier…

* Paris, Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), Bordeaux (Gironde), Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Grenoble (Isère), Lyon (Rhône) et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). La métropole auvergnate est la seule à ne pas avoir souhaité un report de l’expérimentation. Originellement partante, la municipalité de Nice (Alpes-Maritimes) a quant à elle fait marche arrière en juin dernier.

Crédits photos : flickr / austinevan – Alberto Hernandez
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://BabyAndMomTimes.com mom and baby boutique shop

    mom and baby boutique shop…

    [...]the time to read or take a look at the material or sites we have linked to below the[...]…

  • http://www.wafeels.com/ Lcd Projectors

    Lcd Projectors…

    [...]Every the moment in a even though we pick blogs that we read. Listed beneath would be the most current websites that we select [...]…

  • https://www.linkedin.com/in/andrew-wright-0ba12514a/ Andrew Wright Maine lawyer

    Andrew Wright Maine lawyer…

    [...]Here are a number of the web pages we recommend for our visitors[...]…

  • https://www.aftonbladet.se nyheter

    nyheter…

    [...]Here is a great Blog You might Locate Intriguing that we Encourage You[...]…