NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

James Cameron en tête du top ten des écolos de l’année

James Cameron en tête du top ten des écolos de l'année 2010

Ils ont marqué l’année 2010 par leur engagement dans l’écologie. Ils se sont investis dans la cause environnementale avec succès. Ils ont profité de leur notoriété au service de la protection de la planète ou ont choisi la politique pour faire évoluer les mentalités. Tous croient en l’importance de sensibiliser la population mondiale à la vulnérabilité de Dame Nature. Chacun à leur échelle, ils ont contribué à faire de l’écologie une thématique de premier ordre. Zegreenweb a choisi de leur rendre hommage.

James Cameron sur tous les fronts

Il a fait vibrer plus de 200 millions de spectateurs avec sa superproduction Avatar. Autant de personnes qui ont pu constater à quel point la préservation de la planète est une thématique chère au réalisateur canadien. De la marée noire dans le Golfe du Mexique – pour laquelle il a été appelé en renfort par les autorités en tant que consultant - à la désapprobation officielle de l’extraction des sables bitumineux dans la province canadienne d’Alberta , en passant par la fronde populaire (et internationale) contre le projet du barrage brésilien de Belo Monte , James Cameron aura été sur tous les fronts cette année. Un militantisme fervent qui lui a d’ailleurs valu d’être récompensé lors de la cérémonie des Environmental Media Awards.

Bertrand Piccard ou un savant mélange de science et d’écologie

Bertrand Piccard est un aventurier, un scientifique, d’aucuns diraient un « savanturier écolo » ! En 2010 s’est concrétisé son rêve et celui de son pilote André Borschberg de faire voler un aéronef uniquement grâce à l’énergie solaire. Le 7 avril dernier, le prototype baptisé Solar Impulse décollait pour la première fois de l’aérodrome militaire de Payerne (Suisse) . Trois mois plus tard, l’avion solaire est resté en l’air 26 heures durant. Un exploit rendu possible par l’installation de quatre moteurs électriques et de 12 000 cellules photovoltaïques. Un signe fort envoyé à tous ceux qui doutaient encore du potentiel des énergies renouvelables, et l’Icare du XXIe siècle n’a pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin : un tour du monde se prépare pour 2013 ou 2014 .

2010 : année de la consécration pour Christiana Figueres

A 54 ans, cette diplomate costaricienne a été nommée Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) en mai dernier, succédant ainsi à Yvo de Boer, lequel entretenait semble-t-il des rapports compliqués avec le Secrétaire général des Nations Unies Ban ki-Moon. Investie dans la lutte contre les changements climatiques depuis plus de quinze ans déjà, elle connaît le dossier sur le bout des doigts. Décrite comme une visionnaire, impliquée aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé, ses compétences sont aujourd’hui mondialement reconnues.

Convaincue que la question financière est la clé de la lutte contre le changement climatique , Mme Figueres n’hésite pas à rappeler les pays développés à l’ordre lorsqu’elle l’estime nécessaire et a fait montre d’une certaine clairvoyance quant à l’issue des grands rendez-vous internationaux . Négociatrice pour le Costa Rica puis vice-Présidente du Bureau de la CCNUCC de 2008 à 2009, 2010 sonne pour elle comme l’année de la consécration.

Mohamed Nasheed : un chef d’Etat pas comme les autres

Voilà un dirigeant emblématique du tournant que certains hommes politiques sont en train de prendre dans le domaine de l’écologie. Le président maldivien est à la tête d’un archipel certes paradisiaque mais qui est aussi particulièrement exposé à la montée des eaux, ce qui explique sans doute pourquoi il a fait de l’écologie un de ses chevaux de bataille. Prônant « l’action directe » pour faire de son pays un Etat neutre en carbone à l’horizon 2020, il n’a pas hésité à organiser en octobre 2009 un conseil des ministres sous-marin et a fait installer cette année des panneaux solaires dans sa propriété. D’une façon générale M. Nasheed veut montrer l’exemple et prouver que les petits Etats insulaires ont aussi leur mot à dire dans les grandes réunions internationales.

Un pari audacieux, des déclarations fracassantes : Mohamed Nasheed croit en l’écologie et refuse de s’en remettre à la fatalité. Une source d’inspiration pour de nombreux chefs d’Etat. Certains n’ont d’ailleurs pas tardé à lui emboîter le pas.

Marina Silva incarne la « troisième voie » au Brésil

Cette femme de poigne a créé la surprise en arrivant en troisième position des élections présidentielles qui se sont tenues au Brésil en octobre dernier. La candidate du Parti Vert, ex-travailliste, a récolté 19,3% des suffrages, un score très au-dessus des prévisions et qui dénote de l’intérêt croissant des Auriverde pour les problématiques environnementales. Ministre de l’Environnement de 2003 à 2008, sénatrice de l’Etat d’Acre, dont elle est originaire, Marina Silva défend ardemment la forêt amazonienne, s’est opposée au projet du barrage de Belo Monte et s’inquiète de la prolifération des cultures génétiquement modifiées. Un maillon fort de l’écologie brésilienne avec lequel il faudra sans doute compter dans les années à venir.

Le Prince Charles : discrétion, classe et panache

Il vient d’être pris à partie dans une manifestation étudiante mais qu’on ne s’y trompe pas, le Prince Charles est une personnalité toujours aussi respectée des Anglais. Son sang royal, il a fini par le mettre au service de l’écologie, créant notamment une organisation investie dans la lutte contre la hausse des températures, The International Sustainability Unit. L’héritier de la couronne d’Angleterre estime cependant devoir être aussi un éco-citoyen modèle, c’est pourquoi il a fait  sensation en annonçant l’installation de panneaux photovoltaïques sur les toits de sa résidence de Clarence House . Le flegme britannique côtoie chez le prince de Galles une capacité à innover et à surprendre. La « garden-party » organisée en septembre dans les jardins de ladite demeure pour promouvoir les modes de vie durables témoigne de l’importance que revêt l’écologie aux yeux de celui qu’on surnomme désormais le « prince vert ». Un nickname parfaitement justifié.

Jean Louis-Borloo : un bilan honorable

Cela fait près d’un mois que Jean-Louis Borloo a tiré sa révérence . Ministre de l’Ecologie depuis 2007, il n’a pas souhaité faire partie du gouvernement Fillon V, entretenant avec l’hôte de Matignon des rapports difficiles et briguant ouvertement son poste. Si on l’a dit Premier ministrable , c’est sans doute parce que l’ex-maire de Valenciennes (Nord) avait quelques mérites. Au-delà son image de bon vivant qui lui a valu d’être tantôt un décideur apprécié des Français, tantôt le plus caricaturé des ministres du gouvernement, M. Borloo a su défendre l’écologie, autant que faire se peut. Développement des énergies renouvelables , protection du patrimoine naturel , grands rendez-vous internationaux : il a été de tous les combats, glanant au passage quelques jolis succès . Il laisse en tout cas à Nathalie Kosciusko-Morizet le soin de reprendre les rênes du Grenelle , un navire certes décrié mais qu’il n’a pas coulé et pour lequel il s’est démené, au prix parfois de certaines concessions . Désormais possible présidentiable, M. Borloo a recouvré sa liberté de parole et mérite d’être dans ce classement. Parce qu’il a su donner à la préservation de l’environnement l’envergure d’un enjeu majeur pour les Français.

Nicolas Hulot, constant dans l’engagement

La popularité de Nicolas Hulot n’est plus à démontrer. Son engagement dans l’écologie non plus. Le présentateur d’Ushuaïa n’a pas baissé les armes en 2010. Il a même été plebiscité par les Français pour succéder à Jean-Louis Borloo à la tête du ministère de l’Ecologie. S’il a décliné « l’offre », ce n’est pas parce qu’il se désintéresse de la cause environnementale, bien au contraire. Au mois de mars, la Fondation Nicolas Hulot s’est retirée des groupes de travail organisés dans le cadre du Grenelle de la mer et de l’environnement après l’ajournement de la contribution carbone. Une manière pour l’animateur, qui s’est aussi distingué en lançant le fameux Coach carbone, de prouver qu’il est conscient de l’importance des discussions qui se tiennent en haut lieu mais aussi, parfois, fatigué de voir qu’elles aboutissent le plus souvent à de beaux desseins sans lendemain. Nicolas Hulot est un homme de caractère et un observateur attentif mais par-dessus-tout un homme de terrain, qui privilégie les actes à la parole.

Leornado DiCaprio joue le jeu

Outre son charme, c’est l’investissement de Leonardo DiCaprio dans la cause « écolo » qui fait désormais l’unanimité. L’année 2010 a été l’occasion pour l’acteur américain de s’engager en faveur de la protection du tigre, un impératif pour lequel il a fait un don d’un million de dollars (environ sept cent quarante-six mille euros). Le héros de Titanic roule aussi en Tesla et a sur le plan cinématographique été cette année la vedette de la superproduction Inception, un film qui en plus d’avoir cartonné au box office a été tourné dans le respect de l’environnement, les plateaux ayant été alimentés en partie à l’énergie solaire. Des panneaux photovoltaïques ont par ailleurs été installés sur les toits de sa résidence californienne, et pour couronner le tout Leonardo DiCaprio est devenu l’ambassadeur de la célèbre maison d’horlogerie Tag Heuer. En plus de porter l’Aquaracer 500M, dont une partie des bénéfices seront reversés à des organisations écologistes, la vedette hollywoodienne conseille l’entreprise sur la façon dont elle pourrait améliorer ses performances énergétiques. La classe au naturel.

Cécile Duflot monte au créneau

En moins d’un an, elle s’est imposée comme l’un des principaux porte-paroles de la cause environnementale dans le paysage politique français. 2010 restera sans conteste l’année de Cécile Duflot. Déterminée, parfois vindicative mais surtout profondément convaincue que le développement durable est la clé de l’avenir, l’ancienne secrétaire nationale des Verts, devenue officiellement secrétaire nationale d’Europe Ecologie-les Verts le mois dernier à la suite de la fusion entre les deux partis, est animée de ce feu sacré qui permet à ceux qui ont des combats à mener de le faire sans plier. A 35 ans, elle a été l’un des principaux artisans des scores honorables réalisés par les Verts lors des dernières élections européennes et régionales. N’hésitant pas à monter à la tribune, tout en se disant pas encore prête pour une candidature à la présidence, Cécile Duflot figure désormais à la 32e place du classement des « global thinkers » établi par le magazine américain Foreign Policy. Epinglée par les médias en début d’année pour des vacances énergivores aux Maldives, elle s’est défendue et n’a d’après les sondages rien perdu de sa crédibilité. Celle qui n’est plus une novice en politique et fait montre d’une pugnacité constante devra toutefois rester fidèle à ses convictions si elle veut hisser un jour sa formation écologiste au plus haut niveau.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • michel

    Je ne suis pas tout à fait d’accord mais c’est vrai que l’exercice est difficile.
    Difficile de savoir qui a le plus d’impact, les stars, les politiques, les technocrates…

  • romain

    Bah vous avez pas mis Arthus-Bertrand ? hahaha
    Dommage il a tout gaché en fin d’année :)

  • jenn

    et moi alors ?
    :)
    J’aurais mis Bertrand Piccard premier. C’est quand même un truc incroyable l’avion solaire ! ! ! !

  • jane

    Et mon Léo alors?!

  • david

    Même si c’est très subjectif, je suis assez d’accord avec ce classement, du moins avec le choix des personnes qui y figurent.

  • daniel d

    L’exercice était périlleux, mais globalement le résultat est bien.
    Vous détestez à ce point Cécile Duflot pour avoir choisi cette photo ?

  • http://www.pearltrees.com/zegreenpearl NICOLAS DEPARDIEU (zegreenpearl) | Pearltrees

    [...] James Cameron en tête du top ten des écolos de l’année | zegreenweb [...]