NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

François Fillon rassure quant à l’avenir du Grenelle de l’environnement

François Fillon rassure quant à l'avenir du Grenelle de l'environnement
Le discours de politique générale de François Fillon n'a évidemment pas éludé l'écologie. Le Premier ministre l'a promis : les engagements du Grenelle « seront respectés »

C’est un François Fillon sûr de ses possibilités d’action qui a prononcé aujourd’hui son discours de politique générale. Un discours très attendu, notamment par les associations de protection de la nature, unanimement inquiètes après ce remaniement ministériel synonyme de départ fracassant de M. Borloo, désireux de reprendre sa « liberté de parole » et désormais présidentiable potentiel, de suppression du poste de Secrétaire d’état à l’Écologie et de rétrogradation du ministère de l’Écologie dans la hiérarchie gouvernementale. L’Hôtel de Roquelaure, dont l’hôte est désormais Nathalie Kosciusko-Morizet, a néanmoins conservé sa tutelle sur les énergies renouvelables et sur la Mer, c’est pourquoi on peut penser que la maire de Longjumeau (Essonne) aura tout de même quelque marge de manoeuvre.

S’agissant du Grenelle de l’environnement, cette gigantesque entreprise largement décriée par les ONG et nos concitoyens malgré les verdissements incontestables qu’elle est parvenue à insuffler dans la majorité des pans de la société française, le Premier ministre a assuré que ses engagements « seront respectés ». « Le développement durable constitue un instrument de notre croissance », a-t-il également déclaré.

Accusé par M. Borloo de n’accorder qu’une importance très relative aux thématiques écologiques, M. Fillon s’est par ailleurs posé en défenseur des métiers de l’environnement : « L’écologie créatrice et non punitive est une source d’emplois, elle est le vecteur des technologies de demain, elle est la marque d’une société qui sait valoriser ses ressources et ne pas gâcher son patrimoine, et ce faisant elle est un gage supplémentaire de notre attractivité ». Un véritable plaidoyer qui atteste peut-être d’une éco-conversion sinon de coeur en tout cas de raison.

« C’est ce message que Nathalie Kosciusko-Morizet portera lors des négociations de Cancun (Mexique) », a ajouté le chef du gouvernement, dont les rapports avec la nouvelle ministre de l’Écologie auront une incidence majeure sur l’avenir réel du « Grenelle ». Celui-ci devra être soutenu aux plus hauts niveaux de l’État, sous peine de voir la France accumuler du retard sur certains de ses voisins.

Et de définitivement perdre les voix de ces électeurs, de plus en plus nombreux, qui conditionnent leur suffrage à la mise en oeuvre d’une politique environnementale crédible.

Crédit photo : Flickr – Andrew Newton
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !