NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Nucléaire : les résultats des tests de résistance sur les centrales françaises déchaînent les passions

Nucléaire : les résultats des tests de résistance sur les centrales françaises déchaînent les passions
L'Observatoire du nucléaire a dénoncé l' « indécente autosatisfaction » d'EDF à la suite de la publication des résultats des tests menés par l'exploitant sur ses centrales

À la demande du ministre de l’énergie Éric Besson, qui au même titre que Nicolas Sarkozy souhaite le maintien du nucléaire dans nos frontières tout en plaidant pour une filière plus transparente, les résultats des « évaluations complémentaires de sûreté » conduites par EDF, Areva et le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies renouvelables (CEA) ont été rendus publics en fin de semaine dernière. Ils ont été édités sur le site Internet de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui avait réclamé ces investigations en mai dernier.

Quatre-vingt sites et constructions jugés prioritaires par l’ASN ont été examinés. Parmi eux, les cinquante-huit turbines françaises ainsi que le réacteur EPR (Evolutionary Power Reactor) actuellement en chantier à Flamanville (Manche), dont les défauts de conception ont été mis au jour par nos confrères du Canard Enchaîné, et quatre sites d’Areva – dont l’usine de traitement des combustibles usés de La Hague (Manche) et l’usine de production du combustible Mox MELOX (Gard), située à proximité de Marcoule. Il en a découlé de véritables pavés pour chacune des dix-neuf unités exploitées par EDF (de six cents à huits cents pages, a rapporté un porte-parole de l’électricien) et une marge de sécurité « satisfaisante » « en ce qui concerne les moyens préventifs de protection des installations contre les effets d’un séisme et d’une inondation », a commenté l’opérateur. En d’autres termes, les centrales qu’il a expertisées, « ses » centrales, seraient toutes armées pour éviter qu’une catastrophe semblable à celle qui s’est produite sur la centrale de Fukushima 1 (Japon) ne survienne dans l’Hexagone.

EDF a également fait état d’« une bonne robustesse des moyens de secours en place en cas de perte totale et cumulée des sources électriques et de refroidissement ». Et de suggérer, histoire de tenter de faire taire les derniers sceptiques et autres partisans de l’application stricte du principe de précaution, des « parades supplémentaires », à savoir la constitution d’une Force d’action rapide nucléaire (FARN) à même d’intervenir partout sur le territoire, l’installation de pompes autonomes pour préserver une source de refroidissement (NDLR : celles de Fukushima, toutes alimentées par l’électricité de la centrale, n’ont de facto pas résisté au tsunami, ce qui n’a pas peu contribué à l’enlisement de la situation sur le site accidenté) ou encore la mise en place d’un groupe électrogène « d’ultime secours » sur chaque site en vue d’éviter un black-out désastreux. Il faudrait enfin « quelques heures » pour que le coeur d’un des réacteurs EDF entre en fusion si l’ensemble des pompes de refroidissement se retrouvaient hors d’état de fonctionner et au moins vingt-quatre heures au cas où une seule pompe subsisterait pour alimenter le dit système, a dévoilé l’exploitant.

En attendant l’analyse des auto-évaluations par l’ASN, laquelle l’effectuera avec le concours de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) et tranchera dans un rapport définitif qui sera publié d’ici la fin de l’année, la satisfaction est également de mise du côté de la direction du leader mondial de l’atome. Areva a ainsi annoncé que les tests de résistance n’ont fait apparaître « aucun risque de nature nouvelle par rapport à ceux pris en compte à la conception ».

« Ces tests, c’est du flan »

Leur optimisme a été fustigé dans un communiqué par l’Observatoire du nucléaire, qui considère qu’« aucune crédibilité ne peut-être accordée à l’auto-évaluation de ses activités par une entreprise commerciale ». Des accusations de partialité que brandissent régulièrement les responsables d’Europe Écologie-Les Verts (EELV), qui réclament depuis de longs mois des travaux menés par des experts indépendants et se sont à ce titre montrés très sévères avec les stress tests européens, lesquels, rappelons-le, ne tiennent de surcroît compte ni des défaillances humaines ni des risques terroristes.

« La seule façon d’assurer la sûreté nucléaire, c’est d’arrêter les installations sachant qu’il restera encore les problèmes quasi-insolubles de leur démantèlement et de l’impossible gestion des déchets radioactifs […] Rien n’est prévu face à l’imprévu », a ajouté l’Observatoire, qui a cité l’exemple de la centrale du Blayais (Gironde), dont la seule route d’accès avait été inondée lors de la tempête de décembre 1999, et s’est enfin demandé « comment EDF peut conclure à la résistance de ses centrales sachant que certaines sont directement menacées par l’éventuelle rupture d’un canal ». C’est notamment le cas de celle de Fessenheim (Haut-Rhin), construite près du canal d’Alsace, actuellement à l’arrêt pour maintenance mais dont ils étaient encore mille cinq cents hier à réclamer la fermeture immédiate.

Le rapport que l’électricien lui a consacré est « vide » et « n’apporte rien de nouveau qu’on ne savait déjà ». « Ces tests, c’est du flan », a par ailleurs déclaré Jean-Marie Brom, responsable Est du réseau Sortir du Nucléaire et radiophysicien au CNRS. « Si on avait demandé l’an dernier à TEPCO (Tokyo Electric Power COmpany) de faire un rapport sur la centrale de Fukushima, elle aurait été jugée parfaitement sûre », a-t-il renchéri.

On le savait déjà mais on vient d’en avoir une preuve supplémentaire : l’église n’est pas au milieu du village pour tout le monde.

Les résultats complets des tests de résistance sont consultables sur le site de l’ASN.

Crédits photos : flickr – Grégory Tonon / Vincent Desjardins
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • visiteur

    Moi je ferrai confiance en ces test le jour où les testeurs et le directeur accepteront de vivre à coté de la centrale pendant un bonne année… En attendant ils sont en général pas tellement exposés :)

  • http://www.pearltrees.com/guish/france/id3344737 France by guish – Pearltrees

    [...] « Ces tests, c’est du flan » Nucléaire : les résultats des tests de résistance sur les centrales françaises déchaînent les … [...]

  • http://www.pearltrees.com/t/international/id3331084 International – Pearltrees

    [...] Nucléaire : les résultats des tests de résistance sur les centrales françaises déchaînent les … [...]