NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Nicolas Hulot réitère son opposition au mégacomplexe Europacity

Europacity est un projet immobilier de 3,1 milliards de dollars imaginé en 2006 par Immochan (filiale du groupe Auchan) et le conglomérat chinois Wanda. L’objectif est simple : construire d’ici 2024 un mégacomplexe touristique sur une des zones les plus déshéritées de la région parisienne (Gonesse, à l’est du Val-d’Oise). Les deux sociétés comptent bâtir une immense attraction touristique capable d’attirer 31 millions de visiteurs par an, sur une surface de 80 hectares impropres à la construction de logements (en raison de la proximité des aéroports de Roissy-Charles-de-Gaulle et du Bourget).

En raison de ses mensurations titanesques, de l’investissement colossal qu’il nécessite et de son impact encore mal évalué sur l’environnement, ce projet est devenu le symbole de l’opposition entre développement économique des territoires et préservation des terres agricoles.

Une opposition qui est toujours d’actualité comme en témoigne les dires de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique qui n’a jamais manqué une occasion de dénoncer la folie des grandeurs des promoteurs d’Europacity.

“Je crois que le projet a été revu à la baisse. J’attends de voir ce que va être Europacity (…). Avoir un centre commercial gigantesque avec une station de ski artificielle, c’est la folie des grandeurs du XXe siècle, c’est exactement ce que je ne veux plus demain”, a indiqué le ministre français lors d’une interview sur Europe 1.

Alors que ce mégacomplexe est sur le point d’engloutir quelques 80 hectares, Nicolas Hulot a tenu à rappeler qu’il était impératif de prendre conscience “qu’il y a aussi besoin de sanctuariser nos terres agricoles”.

Les opposants du projet ont bien évidemment salué la “courageuse” prise de position du ministre contre la “bétonisation à outrance”, sans oublier de dénoncer le “double discours de l’Etat” dans ce dossier. “Lorsque deux ministres disent stop à la désertification des centres-villes, l’exécutif doit avoir la sagesse de les écouter et de mettre immédiatement un terme au projet”, a estimé le collectif “Europas du tout”, faisant également référence au plan de revitalisation du commerce de proximité défendu par Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires.

En mai dernier, l’État avait décidé de faire appel à une décision de justice qui avait annulé la création de la zone d’aménagement censée accueillir le mégacomplexe. Une procédure qui avait bien évidemment soulevé l’ire des écologistes, qui jugeaient la démarche en totale contradiction avec la politique de redynamisation des centres-villes.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !