NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Une majorité de Français souhaitent l’interdiction du commerce du thon rouge

Une majorité de Français souhaitent l'interdiction du commerce du thon rouge
Marché aux poissons de Tsukiji, Japon

Récemment dans l’oeil du cyclone médiatique après son escapade amoureuse aux Maldives, laquelle a succédé à un retour du sommet de Copenhague par les airs, Cécile Duflot n’en continue pas moins d’exprimer ses desiderata, en s’attachant désormais à ne plus susciter la controverse.

En marge des voeux qu’elle a formulé à la presse le 12 janvier dernier, la Secrétaire nationale des Verts a ainsi demandé au gouvernement d’avoir le « courage politique » d’interdire le commerce du thon rouge, une espèce très prisée pour la préparation des sushis et directement menacée de disparition. Cette mesure « d’une simplicité absolue » serait selon elle d’autant plus opportune que « des citoyens, y compris des commerçants (NDLR : plusieurs chaînes de grande distribution ont stoppé la vente. De même, l’ensemble des Relais Châteaux français n’en proposent plus depuis le 1er janvier) , ont déjà pris cette décision » et que 2010 a été consacrée « Année de la biodiversité ».

Et la tête de liste Europe-Écologie en Ile-de-France pour les élections régionales d’évoquer la « crise majeure d’extinctions des espèces » et de digresser en dénonçant une « frilosité gouvernementale » malvenue compte-tenu de l’importance des enjeux.

La veille, la secrétaire d’État chargée de l’Écologie, Chantal Jouanno, avait pour sa part demandé, moyennant une rhétorique logiquement moins acerbe, une application de la position élyséenne. Nicolas Sarkozy est lui aussi favorable à l’interdiction de ce commerce – il l’a officiellement fait savoir l’été dernier – mais comme l’a rappelé Le Parisien, pour l’heure « La France peine à arrêter sa position sur une éventuelle inscription du thon rouge à l’annexe 1 de la Convention de l’ONU sur le commerce des espèces menacées ».

Ces atermoiements ne sont pas non plus du goût de François Chartier, chargé de campagne Océans à Greenpeace  France, et pour qui « l’inscription [...], sans condition et sans délai, (serait) l’unique solution pour sauver l’espèce ».

Un sondage réalisé conjointement par l’association et le CSA mi-janvier a enfin attesté que 65 % des Français souhaitent l’interdiction de la commercialisation internationale du thon rouge. 78 % se disent par ailleurs prêts à arrêter d’en consommer.

Cette désaffection culinaire (justifiée) et les philippiques des associations de protection de l’environnement pourraient prochainement amener Paris à trancher dans le vif. Ils ne seraient pas nombreux à s’en plaindre.

Crédit photo : wikimedia - Fisherman
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • daniel d

    …et une minorité de Français souhaite l’interdiction du gavage des oies…Parce qu’en France on mange plus de foie gras que de sushis !