NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Trop d’oiseaux sont victimes de nos fenêtres

Trop d'oiseaux sont victimes de nos fenêtres
Trompés par l'effet miroir ou la transparence des vitres, des centaines de millions d'oiseaux meurent chaque année en se heurtant aux fenêtres de nos immeubles

Quand ils se cognent sur les vitres, ils ne survivent généralement pas. En ce qui les concerne, les pastilles rouges collées sur les fenêtres ne suffisent pas. A chaque nouvelle façade en verre qui s’élève, ce sont des milliers d’oiseaux qui y laissent leurs plumes.

Le verre est plus esthétique que le béton. Plus isolant aussi, et donc plus écologique. Mais le verre est aussi transparent et réfléchissant. Les humains eux-mêmes s’y trompent parfois. La multitude de gratte-ciels et autres bâtiments imposants en verre qui florissent dans les grandes villes sont autant d’obstacles aux volatiles. L’invasion des oiseaux mise en scène par Alfred Hitchcock dans son film éponyme n’est pas d’actualité : au contraire, ce sont plutôt ces structures qui rognent sur leur espace vital et les induisent en erreur, aveuglés qu’ils sont par les lumières laissées allumées par les employés la nuit, déroutés par les reflets du soleil ou trompés par l’effet miroir le jour.

Au Canada, des défenseurs de la cause des oiseaux ont tenté de comptabiliser le nombre de victimes des façades vitrées, et selon l’association Audubon (NDLR : du nom de celui qui est considéré comme le premier ornithologue du continent américain) plus d’un milliard d’oiseaux (!) se tueraient accidentellement à cause d’elles ou souffriraient de traumatismes crâniens suffisamment graves pour qu’ils aient besoin d’une période de convalescence.

La Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), elle, estime le nombre de victimes à au moins un oiseau par année et par bâtiment.

Une hécatombe injustement mésestimée

Les organisations multiplient les campagnes de sensibilisation et préconisent l’application de mesures destinées à limiter le nombre d’accidents mortels, notamment l’utilisation du verre fritté, lequel ne reflète pas les rayons du soleil et est particulièrement isolant de la chaleur.

D’autres solutions moins coûteuses sont envisageables comme la pose de vitres nervurées, dépolies, sablées, teintées, imprimées ou présentant un degré d’opacité élevé. Les rideaux, les stores ou les autocollants sont tout aussi efficaces. Quant à ceux qui voudraient invoquer l’inesthétisme des adhésifs, ils auraient tout intérêt à se faire discrets : si d’aventure les occupants de ces bâtiments snobaient les recommandations des associations, celles-ci n’hésiteraient pas à les poursuivre en justice. C’est ce qui est arrivé à Menkes Developments, une entreprise située à Toronto et dont le siège tout de verre vêtu a provoqué la mort de 7 000 oiseaux en à peine dix ans.

Comme le rappelle Michael Mesure, fondateur de l’organisation canadienne FLAP (Fatal Light Awarness Program), « parce qu’ils se nourrissent de milliards d’insectes chaque année et qu’ils participent à la pollinisation de millions de fleurs, les oiseaux sont indispensables au maintien de la biodiversité ». Présentée ainsi, cette hécatombe ne prête plus du tout à sourire.

Crédit photo : flickr - akeg / Wikimedia commons - Procsilas Moscas
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • pierre d

    C’est horrible et en meme temps on va pas vivre dans le noir et fenêtre ouverte. Non non non.

  • jf

    oui carrément mais bon les pauvres petits!

  • http://alicia.scar-remover.net/2011/05/05/affichage-html-free-ftp-pressant/ Affichage HTML Free FTP pressant ?!? « Alicia

    [...] Trop d'oiseaux sont victimes de nos fenêtres | zegreenweb [...]