NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Shell partiellement innocenté des marées noires à répétition du delta du Niger

Shell partiellement innocenté des marées noires à répétition du delta du Niger
Shell est présent depuis maintenant plus de 40 ans dans le delta du Niger pour exploiter le pétrole nigérian, là où se déroule l’équivalent d’un Exxon Valdez par an et ce dans l’indifférence générale de l’opinion publique mondiale

Une enquête des Nations Unies rejette la responsabilité de la majeure partie des fuites de pétrole dans le delta du Niger sur des actes de vandalisme des populations locales, et exonère à ce titre Shell, installé dans la région depuis plus de 40 ans.

Cette investigation longue de trois ans tombe à pic pour le groupe pétrolier qui constatait, ces dernières semaines, une multiplication des sabotages sur ses installations. C’est d’ailleurs cette même entreprise qui a permis le financement de cette étude menée par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), d’un coût total de dix millions de dollars (7,86 millions d’euros) – le PNUE a fermement démenti avoir été influencé par Shell dans la délivrance de ses conclusions. Il en résulte que 90% des déversements de pétrole dans le delta du Niger seraient dus à des manœuvres des populations et groupes armés locaux dans le but de voler du pétrole. Seuls les 10% restants seraient causés par le mauvais état des infrastructures de Shell ainsi qu’à des négligences de l’entreprise.

Deux Deepwater Horizon en 2009

Le groupe pétrolier néerlandais estimait de son côté que c’étaient non pas 90% mais 98% des fuites qui ne seraient pas de sa responsabilité. Mais alors que le monde a toujours les yeux pointés sur le golfe du Mexique et sur le calvaire de BP, ces conclusions constituent une épine de moins dans l’image de l’un de ses principaux concurrents, déjà sérieusement écornée par une récente opération de caricature menée par les Yes Men. Cette annonce ne manque toutefois pas de consterner les habitants de l’Ogoniland, nom de la province nigériane qui borde le delta et qui subit depuis plus de quarante ans les contrecoups de cette exploitation. L’année dernière, c’est l’équivalent de deux explosions du Deepwater Horizon (NDLR : soit neuf millions de litres de brut) qui ont souillé leur région, une aggravation de la situation qu’Amnesty International avait qualifié de « tragédie des droits de l’homme » dans un rapport publié l’année dernière.

Mike Cowing, qui a dirigé l’ensemble de l’enquête et la centaine de personnes qui ont travaillé dessus, en a profité pour rappeler que plus de 300 marées noires avaient été recensées sur les rives de l’Ogoniland, mais que seule une trentaine pouvait être mise sur le dos de Shell. Un autre fait qui corrobore ces dires est que l’ensemble du sud du Nigéria constitue une zone traditionnellement sécessionniste. Ces troubles armés se matérialisent par l’encadrement des terres où se situent les oléoducs pour, à la fois, en faciliter le sabotage et rendre plus compliqué le nettoyage des nappes de pétrole. L’Etat central, qui bénéficie d’une rente annuelle de 40 milliards de dollars (31 milliards d’euros) grâce au pétrole, semble se complaire dans le laissez-faire.

Un écocide sans fin

Quelque en soient les responsables effectifs, ces marées noires à répétition constituent l’un des plus gros désastres environnementaux des dernières décennies. C’est l’équivalent d’un Exxon Valdez par an, soit environ cinquante millions de litres de pétrole qui vient s’échouer sur les plages nigérianes mais aussi polluer les sols de l’Ogoniland, puisque la plupart des fuites proviennent d’oléoducs terrestres. En ça il fait partie de la liste des écocides récemment mis en avant par l’avocate Polly Higgins. Les conséquences pour la population locale sont gravissimes, que ce soit en termes d’économie – totalement ruinée, à cause de l’anéantissement des pêcheries – ou de santé, puisque l’eau utilisée par les habitants pour survivre est elle-même contaminée. Les femmes de la région disent qu’elles sont ainsi obligées de laver leur poisson et leurs légumes dans du détergent avant qu’ils puissent être cuisinés…

On ne saurait toutefois donner à Shell le beau rôle de l’histoire. Même si son exploitation pétrolière au Nigeria est effectivement pénible, coincé entre les actes de malveillance et l’inaction du gouvernement central, il n’en tire pas moins de gargantuesques bénéfices puisque qu’il aurait extrait de ces gisements l’équivalent de cent milliards de dollars (78,6 milliards d’euros) de pétrole, avec le soutien actif du gouvernement nigérian. Ben Ikari, un des leaders Ogoni, considère que la conclusion du PNUE ne surprendra personne sur place : « le gouvernement fédéral du Nigéria et Shell sont de la même cabale qui ont assassiné Ken Saro-Wiwa », du nom d’un leader Ogoni assassiné par le gouvernement en 1995 pour s’être emporté contre cette pollution éternelle. Et on aura du mal à croire aux vertus environnementales d’une entreprise qui ne voit aucun inconvénient à polluer un delta densément peuplé et à explorer dans des écosystèmes fragiles à la poursuite du précieux or noir…

Crédit photo : Flickr - zieak
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.myvouchercodes.co.uk/net-a-porter net a porter voucher

    Websites you should visit…

    [...]below you’ll find the link to some sites that we think you should visit[...]……

  • https://kassa.bnnvara.nl/vraag-beantwoord/vraag/geldzaken-recht/mysteriebox-nl Mysterybox.nl review

    Mysterybox.nl review…

    Mysterybox.nl review…

  • https://minecraftlist.org/category/cracked-servers Cracked Minecraft Servers

    Cracked Minecraft Servers…

    find cracked Minecraft Servers…