NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Série de tornades meurtrières aux Etats-Unis

Série de tornades meurtrières aux Etats-Unis
Les tornades qui ont frappé les Etats-Unis mercredi ont déjà fait plus de trois cents morts

Les tornades sont monnaie courante outre-Atlantique mais cette succession de gifles tourbillonnantes sème le trouble.

Comme l’Australie, théâtre d’inondations cataclysmiques et de cyclones dévastateurs en décembre et janvier derniers, les États-Unis viennent d’essuyer une colère tout à fait inhabituelle et que les spécialistes imputeront peut-être au dérèglement climatique.

En attendant, les habitants de treize États du pays (Alabama, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Georgie, Illinois, Indiana, Kentucky, Michigan, Mississippi, Ohio, Tennessee, Virginie et Virginie occidentale) ont la gueule de bois. Dans la moitié sud des Etats-Unis, certains étaient aux premières loges pour assister à ce triste spectacle « de quartiers entiers rasés, d’arbres brisés comme des cure-dents, de toits et de panneaux tordus » décrit par nos confrères de l’AFP. Un « champ de bataille » aux dires d’une vieille dame groggy originaire d’Alabama – l’État le plus touché et où un million de personnes sont privées d’électricité – qui ne pense plus qu’à fuir.

Cent cinquante tornades en une journée

Le bilan provisoire fait état de trois cent trente morts et il faut remonter à 1974 pour retrouver trace de tempêtes aussi violentes. «Avant-hier, des vents puissants ont parcouru la région avec des pointes de vitesse à 80 km/h, forçant même une centrale nucléaire à user de ses générateurs de secours et imposant l’évacuation du Service météorologique national (NWS) » - lequel a recensé quelque cent cinquante tornades pour la seule journée de mercredi (!) -, rapporte l’Agence. Contrairement à celle de Fukushima 1 (Japon), ladite centrale a résisté mais cet épisode dramatique légitime a posteriori la décision de la Maison Blanche d’expertiser la totalité des cent-quatre réacteurs nucléaires américains. Ceux-ci pourraient-ils résister à une déferlante de tornades plus terrible encore, hypothèse qui ne saurait être écartée ? L’heure est en tout cas à la plus grande vigilance et le drame nippon a fait naître une nouvelle crainte à l’échelle mondiale : il n’est aujourd’hui plus possible d’exclure que des phénomènes extrêmes puissent avoir raison d’une centrale nucléaire, à plus forte raison si elle commence à accuser le poids des années et si, comme celle de Fukushima 1, elle a été construite dans une zone à risques.

Attendu aujourd’hui en Alabama, où il doit s’entretenir avec le gouverneur Robert Bentley, des responsables locaux et des familles sinistrées, Barack Obama constatera par lui-même l’ampleur des dégâts. Tout comme ses homologues de Georgie, de Louisiane, du Mississippi et de Virginie, M. Bentley a décrété l’état d’urgence mais qu’il soit ou non levé dans quelques jours, l’effort de reconstruction sera considérable et il faudra de longs mois pour que son État redevienne présentable.

Peut-être davantage si, en cette période propice aux tornades de l’autre côté de l’Atlantique, la nature décide de redonner d’autres coups de balais.

Crédits photos : Wikimedia Commons – Justin Hobson / Thierry Caro
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • jc

    La nature s’acharne…

  • jf

    La plus terrible tornade qu’a connu l’Amérique depuis des décennies!

  • beveg

    Elle a parfois bon dos la Nature. Les explications “rationnelles” ont un côté rassurant : elles nous invitent rarement à changer notre manière de vivre. En clair, qui peut croire que ces phénomènes naturelles résultent des déséquilibres que nous infligeons à la Nature depuis des décennies ? Qui peut comprendre et accepter que notre mode de vie actuel engendre des catastrophes naturelles ?
    La solution à nombre de nos problèmes de nos temps modernes ne serait donc pas si loin… mais le veut-on vraiment ?
    Une piste de solution : protéger la planète commence par son assiette…
    (cf vegplanete.com)