NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les forêts européennes regagnent du terrain

Les forêts européennes regagnent du terrain
Les forêts européennes ont absorbé 870 millions de tonnes de CO₂ chaque année entre 2005 et 2010 et constituent à ce titre un atout considérable dans la lutte contre le changement climatique

Si l’état des forêts amazonienne et indonésienne demeure préoccupant, il y a donc désormais matière à espérer concernant les surfaces boisées du Vieux Continent, qui selon un rapport présenté hier à l’occasion de sixième Conférence ministérielle pour la protection des forêts en Europe auraient progressé de 800 000 hectares chaque année au cours des deux dernières décennies. Des chiffres de nature à redonner du baume au cœur des représentants de 46 pays européens réunis à Oslo (Norvège) pour trois jours afin de trouver un accord contraignant sur la préservation et la gestion durable des forêts.

Alors que 2011 a été intronisée « Année internationale des forêts » par les Nations unies, le rapport publié hier présente un chiffre d’1,02 milliard d’hectares de forêts en Europe, soit un quart de la surface boisée mondiale. Les forêts européennes auraient également gagné en densité avec une augmentation de 8,6 milliards de mètres cubes en l’espace de vingt ans, soit l’équivalent du volume forestier de la France, de l’Allemagne et de la Pologne réunies. Grâce à cette croissance, elles ont pu absorber quelque 870 millions de tonnes de rejets carbone chaque année entre 2005 et 2010, c’est-à-dire 10% des émissions européennes de CO₂ en 2008.

La surface des forêts protégées sur le Vieux Continent, elle, aurait progressé d’environ un demi-million d’hectares par an durant la décennie écoulée grâce à de nouvelles mesures gouvernementales de préservation. Sans compter la Russie, environ 10% des forêts européennes seraient aujourd’hui protégées pour juguler l’érosion de la biodiversité et 9 autres % au titre de la conservation du paysage.

Derrière cette litanie de chiffres encourageants se cachent tout de même d’inquiétants signaux comme la découverte de traces de pollution atmosphérique dans les sols forestiers de plusieurs régions européennes. Plus destructeurs, les insectes et les maladies sont considérés comme la principale cause de la dégradation des forêts continentales. 11 millions d’hectares, soit 1% de leur surface totale, seraient aujourd’hui affectés par des épidémies mais aussi par des conditions météorologiques extrêmes et par les incendies.

Les ministres réunis dans la capitale norvégienne ont été invités à poursuivre leurs efforts en matière de préservation des forêts. Pour protéger la biodiversité et accessoirement ne pas se priver d’un bouclier essentiel à la lutte contre la hausse du thermomètre mondial.

Crédits photos : flickr – sybarite48 / VivaoPictures, Raphaël Thiémard.
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • hyper ecolo

    D’accord, donc en fait c’est un rideau de fumée…
    Les forêts vont bien sous couvert d’une liste de non exhaustive de maux plus profond…

  • jc

    Je ne l’aurais pas mieux résumer je pense…

  • david

    exact