NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Déversement de pétrole dans la rivière Yellowstone à la suite de la rupture d’un pipeline d’Exxon Mobil

Déversement de pétrole dans la rivière Yellowstone à la suite de la rupture d'un pipeline d'Exxon Mobil

On image bien l’étonnement et surtout l’inquiétude qui a gagné les résidents de Laurel dans le Montana (Etats-Unis) lorsque des pompiers sont venus frapper à leur porte dans la nuit de vendredi à samedi, les enjoignant à quitter leur domicile. La raison de cette intervention : la rupture d’un pipeline situé à quelques kilomètres de là.

Installé à environ 2,4 mètres de profondeur, celui-ci traverse la rivière Yellowstone et mesure quelque 113 kilomètres pour alimenter une raffinerie de pétrole dans la région de Billings, dans le centre de l’Etat. Selon son propriétaire, Exxon Mobil, une brèche a provoqué le déversement de 750 à 1 000 barils de pétrole brut, soit jusqu’à 160 000 litres d’or noir.

Les 140 personnes évacuées ont pu rejoindre leur résidence dans la matinée, une fois le risque d’explosion passé et la qualité de l’air jugée non-nocive. Reste que si les fumées dégagées par le déversement se sont vite dissipées, l’impact sur la qualité de l’eau reste à déterminer.

mini marée noire à yellowstone

La crue importante de la rivière Yellowstone, dont le niveau ne cesse d’augmenter depuis plusieurs semaines en raison de fortes précipitations et de la fonte des neiges, pourrait compliquer la donne. Selon les pompiers, ce serait d’ailleurs elles qui auraient provoqué l’accident. Le lit de la rivière sortant de ses berges, de nombreux débris sont emportés par le courant et certains ont pu heurter le pipeline pour créer la brèche précitée.

Responsable des pompiers de la ville de Laurel, Brent Peters a indiqué qu’il n’avait pas vu le niveau de la rivière « aussi élevé depuis au moins quinze ans ». « Personne n’a pu jeté un œil sur le pipeline [...] Les rives ne sont pas assez stables pour que l’on puisse s’approcher », a-t-il ajouté, tablant tout de même sur un déversement sur 40 kilomètres encrassant les berges de la rivière. La mini marée noire se déplace en outre à une vitesse de dix kilomètres par heure et risque de rejoindre le Missouri, confluent de la rivière Yellowstone situé à la frontière entre le Montana et le Dakota du Nord. Les autorités locales ne savent par ailleurs pas jusqu’au où elle peut se déplacer en raison de l’absence de barrage le long du courant.

Dans l’incapacité de mener des opérations de pompage dans la rivière même, une équipe de 70 personnes envoyée par Exxon Mobil s’affaire depuis ce week-end à déposer du tissu absorbant sur les berges et les autorités locales ne peuvent qu’attendre de voir si la concentration de pétrole va se dissiper en chemin.

Le pipeline d’Exxon Mobil avait pourtant fait l’objet d’un arrêt préventif d’une journée en mai dernier, précisément en raison de la crue de la rivière Yellowstone. Les risques de défaillance avaient alors été jugés minimes. Dans un communiqué, Exxon Mobil a déclaré « regretter profondément ce déversement ». Voilà qui ne fera pas avancer le schmilblick.

Crédits photos : flickr - Forest Service Northern Region / Marine PhotoBank
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • hyper ecolo

    La qualité de l’air “jugée” non nocive… Moi j’y serais pas retourné tout de suite…

  • polo

    Faudrait peut etre essayer de stopper tout ca !