NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Des permis à points pour mettre un terme à la surpêche

Des permis à points pour mettre un terme à la diminution de la surpêche
Le lancement à venir d'un système de permis à points pour les bateaux de pêche inquiète la filière mais pourrait permettre de ralentir la dégradation des ressources halieutiques

Ingénieux et surtout à forte valeur dissuasive potentielle, ce système était depuis quelque temps dans les petits papiers de la Commission européenne, qui avait déjà frappé un grand coup début mars en se prononçant pour l’interdiction des rejets en mer de poissons morts, objectif validé sur son principe par la France, l’Allemagne, le Danemark et la Grande-Bretagne.

Bruxelles paraît désormais très déterminée à lutter contre le gaspillage des ressources naturelles et à endiguer l’inquiétante dégradation de l’état des écosystèmes marins, allègrement pillés depuis plusieurs décennies – souvent dans l’illégalité – sans que les pouvoirs publics ne trouvent de remèdes efficaces.

Officiellement approuvé hier dans le cadre d’une campagne « tolérance zéro » qui devrait encore faire monter de plusieurs crans la colère des professionnels [NDLR : lesquels avaient déjà fait valoir leur mécontentement fin mars à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) ], ce dispositif de permis à points qui devrait s’appliquer à tous les navires de pêche de plus de douze mètres d’ici au 1er janvier 2012 pourrait en être un, à condition bien sûr d’être assorti d’inspections régulières et efficaces dans l’ensemble des eaux territoriales. La Commission est en tout cas convaincue qu’il sera dorénavant « bien plus difficile pour les pêcheurs de pratiquer la pêche illicite en toute illégalité », étant entendu qu’elle dispose déjà de moyens de contrôle pour savoir si les poissons vendus ont été pêchés en dehors des quotas annuels. L’Union Européenne (UE) est aujourd’hui à même « d’instaurer une véritable culture de respect des règles afin de mettre un terme à la surexploitation et de contribuer à rendre la pêche européenne durable », se félicite Bruxelles, pour qui « le consommateur a la garantie que (le poisson qui se trouve sur les étals) a été pêché légalement » grâce à une collecte de données qui font ensuite l’objet de vérifications croisées par voie électronique.

« Trop, c’est trop »

Une fois n’est pas coutume, Bruxelles n’a pas le triomphe modeste. Il faut dire que la généralisation à venir du système de comptabilité électronique « logbook » permettra non seulement d’enregistrer les prises quotidiennes mais aussi de comparer les prises avec les ventes (et ainsi de mettre au jour d’éventuelles infractions), de partager les informations et d’optimiser la gestion des stocks. Source d’informations précieuse pour l’instauration des quotas, elle sera de surcroît complétée par un arsenal répressif passant outre la nationalité des contrevenants et le lieu du larcin et qui prévoit une suppression pure et simple de la licence de pêche en cas de récidive. Le message est limpide : les pêcheurs doivent se préparer à être suivis de très près.

Certains ont déjà exprimé leur colère, ainsi Philippe Nowé, président du comité local des pêcheurs de Dunkerque (Nord), interrogé par nos confrères de La Voix du Nord et selon lequel « trop, c’est trop ». « Nous allons avoir des contrôles surprises  et en fonction des infractions constatées, on nous mettra un ou plusieurs points de pénalité. Arrivés à dix-huit, le bateau sera immobilisé quinze jours à quai et au bout de quatre-vingt-dix on nous retirera notre licence », décrypte-t-il (NDLR : chaque faute grave fera l’objet de cinq points de pénalité). Et de prophétiser : « le problème, c’est qu’on va se prendre des points pour n’importe quoi, par exemple pour un extincteur manquant à bord voire une ampoule grillée [...] Si ça continue comme ça, ça va péter (sic) ».

Une action d’envergure est sans doute à envisager, les intérêts des uns se heurtant ici frontalement à ceux des autres. Chacun conviendra toutefois que ne pas s’employer à préserver le patrimoine marin européen ne profiterait à personne.

Crédits photos : flickr – Jean-Luc Bailleul / isamiga76
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !