NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Marée noire : La météo pourrait compliquer la donne

Marée noire : La météo pourrait compliquer la donne
La saison des ouragans, prédite très agitée par le National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), pourrait venir compliquer les opérations de nettoyage

Île artificielle

Inédite par son ampleur, la catastrophe écologique qui touche depuis près de six semaines le Golfe du Mexique a entraîné un gigantesque brainstorming pour, à défaut de pouvoir empêcher la mort certaine de millions d’espèces dans l’océan, tenter d’éviter l’arrivée massive de brut sur les côtes.

L’administration Obama a donné son accord à une des nombreuses suggestions qu’elle a eu à examiner, à savoir la construction d’une île artificielle de sable destinée à empêcher la marée noire d’investir une partie des côtes sud de la Louisiane.

Le commandant des gardes-côtes Thad Allen avait préalablement approuvé une partie de cette proposition formulée par des autorités locales aujourd’hui complètement débordées. Six segments expérimentaux d’une longueur totale de soixante-douze kilomètres sont donc actuellement en construction et il pourrait y en avoir d’autres s’ils donnent les résultats escomptés. « Aux yeux du Corps du Génie de l’armée américaine, il y a des zones où cela peut marcher et d’autres zones où cela serait contreproductif et serait une mauvaise utilisation de nos ressources », a déclaré Barack Obama lors d’une conférence de presse à Washington.

Brûlage d’une partie des nappes, utilisation de produits dispersants, barrières de sable, bottes de paille, dômes de confinement, tube aspirant, « Top kill » et maintenant île artificielle : tout ou presque a été tenté par BP et les gardes-côtes pour atténuer l’impact « visible » d’une pollution par trop importante pour que les experts soient encore en mesure de la quantifier correctement.

Des robots sous-marins capables de descendre jusqu’à mille mètres en-dessous du niveau de la mer et de rester immergés pendant dix mois vont désormais les aider dans cette tâche.

D’ici à la formation effective des ouragans prédits par le NOAA, les autorités américaines pourraient avoir à gérer un autre problème puisque Cuba est directement exposé à l’arrivée d’hydrocarbures sur ses côtes. Pareil scénario ne saurait être sans conséquence sur les relations déjà très tendues qu’entretient l’Oncle Sam avec son turbulent voisin. La pointe du Yucatan (Mexique) pourrait elle aussi être touchée. Apocalypse écologique, fardeau politique pour un Barack Obama que les populations n’épargnent plus – malgré des mesures promptes à satisfaire les écologistes comme la prolongation du moratoire sur les nouvelles exploitations offshore -, l’explosion de Deep Water Horizon pourrait bientôt avoir aussi des répercussions géopolitiques. Il va sans dire que les Etats-Unis s’en passeraient volontiers.

Crédit photo : United States Coast Guard

Pages : 1 2

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !