NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Lutter contre les émissions de méthane et de suie doit devenir une priorité

Lutter contre les émissions de méthane et de suie doit devenir une priorité
La diminution des émissions de méthane et de suie dans l'atmosphère permettrait d'éviter de 700 000 à 4,7 millions de morts prématurées par an

Quatorze mesures simples à mettre en place permettraient d’éviter jusqu’à près de cinq millions de morts par an dues aux émissions de méthane et de suie.

Et si diminuer les émissions de méthane (CH4) et de suie était plus important que de réduire les rejets de CO2 dans l’atmosphère ? C’est ce que pense Drew Shindell, climatologue au Goddard Institute for Space Studies de la NASA et co-auteur d’une étude parue dans la revue Science dans laquelle il propose quatorze mesures, sur 2 000 testées, qui contribuerait selon lui à faire baisser l’augmentation des températures de 0,5 degré celsius à l’horizon 2050.  « Nous avons essayé de simuler, de la manière la plus réaliste possible, les effets du déploiement des technologies disponibles qui permettent d’améliorer à la fois la qualité de l’air et d’avoir un impact positif sur le climat », a-t-il résumé.

Gaz à l’effet de serre vingt-trois plus puissant que le dioxyde de carbone, le méthane est largement issu des élevages intensifs de bétails mais aussi de la production de gaz naturel. Issue de la combustion incomplète d’énergies fossiles, la suie, elle, est principalement émise par des pays émergents comme la Chine ou l’Inde et provient entre autres des fourneaux utilisant des combustibles comme le charbon ou le bois.

Même si leur rôle est moins connu du grand public – et manifestement des décideurs – que celui du CO2, l’un et l’autre participent au réchauffement climatique respectivement à hauteur de 30% et 20% et détériorent la qualité de l’atmosphère. Partant de là, mieux contrôler l’élevage, assurer un drainage régulier des rizières, généraliser les filtres à particules, remplacer les fours traditionnels, abandonner la culture sur brûlis ou encore assainir les réseaux de transport de gaz naturel permettraient de réduire de 40% la quantité de méthane présente dans l’atmosphère. Drew Shindell insiste par ailleurs sur le fait que les « trois quarts de ces mesures ont un coût variant de zéro à 250 dollars (197 euros) la tonne de méthane, ce qui dans tous les cas de figure est moins que les gains économiques et de santé publique ».

Cette baisse serait aussi bénéfique pour la santé et l’agriculture. Elle permettrait en effet d’éviter de 700 000 à 4,7 millions de morts prématurées par an. La production agricole, elle, pourrait bondir de 30 à 135 millions de tonnes par an dès 2030.

M. Shindell et ses collègues concèdent tout de même que ces dispositions ne suffiraient pas à réduire durablement le réchauffement climatique dans la mesure où le CO2 a une durée de vie dans l’atmosphère bien supérieure au seul méthane. Le fait est qu’elles enlèveraient tout de même une grosse épine du pied à l’humanité.

Crédits photos : flickr – thilawee / Socially Responsible Agricultural Project
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.scoop.it/t/environnement-par-la-cftc-hus/p/995589408/lutter-contre-les-emissions-de-methane-et-de-suie-doit-devenir-une-priorite Lutter contre les émissions de méthane et de suie doit devenir une priorité | Environnement et Energies "Autrement" | Scoop.it

    [...] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } http://www.zegreenweb.com – Today, 11:40 [...]