NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

L’utilisation du vélo favoriserait grandement la lutte contre le réchauffement climatique

L'utilisation du vélo favoriserait grandement la lutte contre le réchauffement climatique
Réduction des émissions carbone, des frais de santé, de l'obésité et naturellement de la pollution atmosphérique : l'utilisation massive du vélo en ville présente de multiples avantages

Les sceptiques rétorqueront qu’il en résulterait une belle pagaille dans les centres-villes où ils ne sont pas légion, voire davantage d’accidents, mais la question mérite tout de même d’être posée. En toute objectivité, si l’ensemble des métropoles européennes suivaient l’exemple de Copenhague (Danemark), place-forte des vélos (NDLR : la capitale danoise pourrait même compter 50 % d’usagers d’ici 2015), les populations ne vivraient-elles pas mieux ? Si les systèmes de location de vélos en libre-service se multipliaient partout sur le Vieux Continent, l’air en particulier ne serait-il pas plus sain, de par la réduction considérable des émissions de gaz à effet de serre (GES) qu’une telle généralisation supposerait ?

En septembre dernier, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) formulait une estimation terrible après avoir examiné les cas de mille cent villes réparties dans quatre-vingt-onze pays. Selon elle, près d’un million cinq cent mille personnes trouveraient la mort chaque année à cause de taux de pollution aux particules fines trop élevés. Un chiffre effrayant qui doit aussi être associé, entre autres, aux dépenses de santé et à l’épuisement des ressources pétrolières dans la mesure où les voitures électriques ne deviendront pas le standard automobile avant plusieurs années.

En ce début de XXIe siècle, quand bien même les thématiques environnementales ont gagné en respectabilité au sein de l’opinion publique internationale, les véhicules thermiques demeurent le quotidien dans la plupart des grandes agglomérations. Une réalité d’autant plus regrettable que, du strict point de vue pratique, une étude du prestigieux MIT (Massachusetts Institute of Technology) a montré qu’à Lyon (Rhône), emprunter un vélo plutôt que la voiture durant les heures de pointe permet d’arriver deux fois plus rapidement chez soi. Sur le plan spatial, il est de surcroît possible de garer vingt deux-roues là où une seule voiture peut stationner. Mieux : utiliser un vélo une demi-heure supplémentaire par jour génèrerait une économie annuelle par habitant de cinq-cent quarante-quatre dollars (environ quatre cent dix-sept euros), ce qui n’est pas négligeable en ces temps où l’écrasante majorité des ménages doit se serrer la ceinture et alors que le déficit de la Sécurité sociale a atteint des proportions abyssales.

Des dizaines de millions de tonnes de dioxyde de carbone économisées

Qui dit vélo dit effort physique et dit aussi, fatalement, meilleure santé. 31 % de la population américaine est en surpoids. Dans le même temps, 1 % à peine de nos amis d’outre-Atlantique enfourchent leur bicyclette pour leurs trajets du quotidien. Pays de la voiture, les États-Unis en paient le prix fort sur le plan sanitaire, de un à deux Américains mourant chaque jour à cause de la pollution atmosphérique, dont on a vu récemment qu’elle altère aussi les capacités et les comportements humains. A contrario, aux Pays-Bas, 10 % « seulement » de la population est obèse… au moins en partie parce qu’un quart des citoyens néerlandais utilisent quotidiennement le vélo.

La planète comme ses habitants auraient donc quelque intérêt à une évolution rapide des mentalités, à plus forte raison parce que de 12 à 26 % des objectifs continentaux de réduction des rejets carbone dans les transports seraient atteints à l’horizon 2050 si l’UE dans son ensemble adoptait le « modèle danois », a estimé la Fédération européenne des cyclistes. Pour peu que les Européens parcourent chacun 2,6 kilomètres à vélo chaque jour, il en découlerait une diminution comprise entre cinquante-cinq et cent-vingt millions de tonnes de CO2 par an (!) à l’aube de la prochaine décennie et donc une contribution très active à la lutte contre le réchauffement climatique. D’ici 2050, la baisse oscillerait entre soixante-trois et cent quarante-deux millions de tonnes.

C’est beaucoup. C’est trop pour continuer à faire comme si de rien n’était…

Crédits photos : flickr – phgaillard2001 / Jean-Louis Zimmermann
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • Diane

    Vive le vélib’

  • http://www.scoop.it/t/planete-durable/p/823710858/l-utilisation-du-velo-favoriserait-grandement-la-lutte-contre-le-rechauffement-climatique-zegreenweb L’utilisation du vélo favoriserait grandement la lutte contre le réchauffement climatique | zegreenweb | Planete DDurable | Scoop.it

    [...] L’utilisation du vélo favoriserait grandement la lutte contre le réchauffement … Réduction des émissions carbone, des frais de santé, de l'obésité et naturellement de la pollution atmosphérique : l'utilisation massive du vélo en ville… Source: http://www.zegreenweb.com [...]

  • http://www.scoop.it/t/environnement-par-la-cftc-hus/p/820157605/l-utilisation-du-velo-favoriserait-grandement-la-lutte-contre-le-rechauffement-climatique L’utilisation du vélo favoriserait grandement la lutte contre le réchauffement climatique | Environnement et Energies Autrement | Scoop.it

    [...] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } http://www.zegreenweb.com – December 14, 12:55 [...]