NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Limeil-Brévannes : les déchets commencent (enfin) à être évacués

Limeil-Brévannes : les déchets commencent (enfin) à être évacués
Endosser la responsabilité de ses propres déchets, une évidence qui n’en est toujours pas une pour tout le monde…

Le scandale de Limeil-Brévannes (Val-de-Marne) devrait bientôt prendre fin. La ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet a en effet donné avant-hier le coup d’envoi de l’évacuation de la montagne de détritus industriels qui se sont entassés au cours des dernières années.

Rappelons qu’un gigantesque amas de cent cinquante mille mètres cube de déchets industriels s’est formé à proximité d’un éco-quartier en construction dans la périphérie de la commune val-de-marnaise. Une aberration que ne comprend toujours pas le maire Joseph Rossignol, qui avait pourtant lancé de nombreuses alertes dans le passé et, tout en saluant le début du processus d’enlèvement, a admis ne pas réaliser comment « on a pu laisser cette montagne s’accumuler ». Une première phase de tri et d’analyses a débuté lundi mais les travaux d’évacuation ne devraient pas se terminer avant l’hiver 2012, a pour sa part précisé « NKM », selon laquelle des résidus dangereux tels que de l’amiante peuvent déjà être identifiés. Quant à la facture, elle devrait s’élever à 14 millions d’euros. Une somme dont la ministre a d’ores et déjà annoncé que les contribuables ne la paieront pas dans sa totalité. Un dispositif établi dans le cadre du Grenelle de l’environnement offrant la possibilité aux particuliers de se retourner financièrement contre les sociétés ayant jeté leurs ordures de façon irresponsable a d’ailleurs été actionné.

« Nous sommes en négociation avec une quarantaine d’entreprises [...] On considère que l’on peut récupérer 7 millions d’euros », a détaillé « NKM ». Il s’agit à la fois de petits entrepreneurs locaux, d’entreprises du BTP et de partenaires de la société LGD, qui exploitait le site de transit dédié au regroupement et au broyage des débris de chantier en démolition depuis 2002. Tous ont maintenant le choix entre payer et participer au retrait, au traitement et à l’élimination des déchets en fonction du volume qu’ils ont déposé.

Afin de prévenir les débordements de ce type, la ministre réfléchit par ailleurs à de nouvelles dispositions, notamment financières. Des décrets pourraient être publiés d’ici au premier trimestre 2012 pour obliger les entreprises stockant des détritus à consigner de fortes sommes d’argent en vue de faire face à d’éventuelles défaillances. Quant au système de traçabilité, qui existe déjà pour les déchets dangereux, il est question qu’il se généralise. Les sanctions prévues, elles, devraient être prononcées plus rapidement. «

Il faut que toutes les entreprises se sentent responsables de leurs résidus et qu’elles n’aillent pas contractualiser avec des sociétés de traitement dont on se demande [...] si elles ne seraient pas un peu voyous. C’est une façon [...] de faire le ménage dans le monde du traitement des déchets », a-t-elle expliqué. De leur côté les Brévannais commencent à voir le bout du tunnel. Après neuf ans de calvaire, il était plus que temps.

Crédits photos : flickr - Diana Parkhouse / Jérôme Choain
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.pearltrees.com/zegreenweb/dechets/id3341590 Déchets by zegreenweb – Pearltrees

    [...] Limeil-Brévannes : les déchets commencent (enfin) à être évacués | zegreenweb Endosser la responsabilité de ses propres déchets, une évidence qui n’en est toujours pas une pour tout le monde… Le scandale de Limeil-Brévannes (Val-de-Marne) devrait bientôt prendre fin. La ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet a en effet donné avant-hier le coup d’envoi de l’évacuation de la montagne de détritus industriels qui se sont entassés au cours des dernières années. Rappelons qu’un gigantesque amas de cent cinquante mille mètres cube de déchets industriels s’est formé à proximité d’un éco-quartier en construction dans la périphérie de la commune val-de-marnaise. [...]