NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

L’Espagne soigne son éolien mais délaisse son solaire

L'Espagne soigne son éolien mais délaisse son solaire
L'éolien espagnol est en pleine expansion

Quoique durement touchée par la crise économique mondiale, assez persistante pour avoir été l’an passé à l’origine d’une diminution de 50 % par rapport à 2009 des investissements consacrés aux technologies renouvelables, l’Espagne continue de croire en les vertus de l’éolien, devenu la première source d’énergie du pays le mois dernier. La part de l’électricité issue de l’énergie du vent a été de 21 % en mars, soit cinq points de plus que l’an dernier à la même époque, et la production du mois dernier aurait même suffi à couvrir les besoins énergétiques du Portugal (!) Des conditions météorologiques favorables n’expliquent pas tout : le fait est que la filière se porte très bien. En cours de réalisation, le projet Azimut devrait par ailleurs faire décoller l’éolien offshore, et rien n’indique que les fleurons nationaux Iberdrola Renovables, présent partout ou presque sur le Vieux Continent, et Acciona perdront de leur vitalité dans l’immédiat. Président de l’Association espagnole de l’énergie éolienne, José Donoso estimait en novembre dernier que l’Espagne pouvait atteindre quarante gigawatts (GW) de capacité éolienne d’ici 2020. Quatre mois et demi après, cette ambition est plus que jamais réaliste.

D’une manière générale, les énergies renouvelables occupent une place de choix de l’autre côté des Pyrénées. Ce mois de mars a ainsi vu la part des énergies propres dans la production nationale d’électricité atteindre 42,2%. Dans le détail on s’aperçoit toutefois que le solaire ne participe qu’à hauteur de 2,6%.

Un pourcentage étonnamment faible au regard de la situation climatique du pays, l’un de ceux qui, en Europe, de ce point de vue, se prêterait le mieux à une installation massive de panneaux photovoltaïques, et qui s’explique par la conjoncture financière. Le secteur du photovoltaïque a en effet cruellement souffert de la crise et Madrid, qui envisageait des investissements substantiels, a dû y renoncer, au moins temporairement.

Fin 2010, les autorités espagnoles ont enfoncé le clou en annonçant ne plus être en mesure de subventionner les nouvelles installations photovoltaïques. Une décision que les écologistes ont bien sûr vu d’un très mauvais oeil, accusant le gouvernement d’exagérer les prix du solaire. Il faudra donc sans doute attendre une embellie économique pour voir le solaire reprendre du poil de la bête. Entretemps la part des énergies propres devrait toutefois aller crescendo.

Crédit photo : Wikimedia Commons - Andy Dingley
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • jc

    On ne peut que féliciter l’Espagne pour ses résultats! Leurs chiffres sont impressionnants!

  • pierre d

    Au moins, ils poussent sur l’éolienne. Puis je rappeler que ça n’est pas vraiment notre cas…

  • vtourisme

    La filière du photovoltaïque ne souffre pas que chez nous, mais l’énergie éolienne est très bien exploitée chez eux.