NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les véhicules électriques ne seraient pas compétitifs avant… 2030

Les véhicules électriques ne seraient pas compétitifs avant… 2030
Le prix des véhicules électriques ne pourra diminuer notablement que lorsque leurs coûts de production auront réellement baissé

Le prix des batteries est promis à diminuer, la marge de progression technologique est élevée mais rien n’y fait : selon un rapport publié hier par le cabinet d’expertise britannique Element Energy, il faudra encore attendre une vingtaine d’années avant que les voitures électriques soient aussi compétitives que leurs homologues thermiques. Commissionné par l’alliance publique-privé Low Carbon Vehicle Partnership (LowCvp), ce rapport a tenté de déterminer l’évolution du coût total de possession (CTP) des modèles à essence, hybrides, électriques et à hydrogène.

Plutôt que de se cantonner au seul prix de vente des véhicules, ses auteurs préconisent en effet d’estimer leur CTP, soit d’inclure à l’achat les dépenses liées à l’essence, à la maintenance ou encore à l’assurance. Il en résulte selon eux une meilleure appréciation pour les consommateurs, car si le prix d’une voiture électrique est en général plus élevé que celui d’un opus conventionnel, la recharge en électricité revient quant à elle moins chère que le plein d’essence.

Reste qu’actuellement, même en calculant le CTP, le véhicule électrique vaudrait presque deux fois plus cher que son homologue à essence. Et même si les prix du baril de pétrole devraient encore augmenter à l’avenir, l’automobile green ne deviendra économiquement attrayante que lorsque leurs coûts de production auront accusé une baisse substantielle.

« De toute évidence, une réduction des prix des batteries et des piles à combustible est nécessaire pour atteindre des parts de marché et devenir plus compétitif », a indiqué Greg Archer, directeur général de LowCvp, à nos confrères du Guardian, prévoyant « [qu']après 2020, la gamme des nouvelles technologies sera commercialement plus accessible » mais qu’il faudra tout de même attendre 2030 pour qu’une voiture électrique ne soit plus « que » 2 000 à 3 000 livres (de 2 300 à 3 400 euros) plus chère qu’une voiture thermique.

En ce qui concerne le CTP des autres véhicules propres comparé à celui d’une voiture à essence ou diesel, toutes les différences devraient également diminuer avec le temps. L’option la plus avantageuse serait l’hybride puisque les véhicules « mixtes » ne coûteraient plus que 1 000 euros de plus d’ici 2030.

Le gouvernement et les industriels français demeurent néanmoins optimistes en ce qui concerne les modèles zéro émission. Réunis hier lors d’une table ronde consacrée au sujet à l’initiative du ministre de l’Industrie Eric Besson, ils tablent même sur 4,5 millions de voitures électriques en circulation dans l’Hexagone à partir de 2025. Les dirigeants de plusieurs grands groupes automobiles, parmi lesquels ceux de Renault et Peugeot,  ont par ailleurs signé à cette occasion une charte destinée à soutenir le bon développement des véhicules propres et se sont engagés à « être transparents sur la performance et la sécurité des batteries ».

Une partie de l’avenir de la filière électrique est entre leurs mains. On ne fait certes pas d’omelettes sans casser des œufs mais ils vont devoir déployer des stratégies de communication efficaces pour que les usagers prennent massivement conscience des atouts des véhicules propres. Pas une mince affaire…

Crédits photos : flickr - jo-h / geograph - Andrew Curtis
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.scoop.it/t/environnement-par-la-cftc-hus/p/437026467/les-vehicules-electriques-ne-seraient-pas-competitifs-avant-2030 Les véhicules électriques ne seraient pas compétitifs avant… 2030 | Environnement par la CFTC HUS | Scoop.it

    [...] Les véhicules électriques ne seraient pas compétitifs avant… 2030 [...]