NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les plantes, enjeu majeur de la conférence de Nagoya

Les plantes, enjeu majeur de la conférence de Nagoya
Les jardins botaniques, en assurant une mission à la fois scientifique et éducative, se posent comme des garants de la diversité des espèces végétales

La conférence des Nations Unies sur la biodiversité, thème phare de l’organisation pour l’année 2010 malgré quelques terribles déconvenues, s’est ouverte avant-hier à Nagoya (Japon). Les 193 pays signataires de la Convention sur la diversité biologique (CDB) participent à ce sommet dont de nombreux observateurs redoutent l’issue. La diversité de la flore est notamment au cœur des discussions, alors que les seize objectifs fixés par ces mêmes pays en 2002 seront prochainement caduques.

La stratégie globale alors mise en place pour la conservation des plantes consistait entre autres à répertorier l’intégralité des espèces végétales présentes sur Terre. Un travail colossal a été entrepris au sein des jardins botaniques pour tenter d’établir une liste aussi exhaustive que possible. A ce jour, 380 000 espèces ont pu être inventoriées. C’est notamment aux Etats-Unis et au Royaume-Uni que les chercheurs ont été en mesure d’établir le gros de la liste, aussi est-il d’autant plus navrant que l’Oncle Sam ne prenne pas part aux négociations à Nagoya.

Le but de cette démarche était de rendre compte de la vulnérabilité de certaines plantes pour ensuite mettre en oeuvre les moyens d’action nécessaires à leur préservation. Elle a aussi permis de rappeler la différence fondamentale qui existe entre les notions de diversité et d’abondance. Une nature luxuriante ne signifie en effet pas pour autant qu’elle renferme une grande variété d’espèces. Si la nuance peut paraître évidente aux yeux de beaucoup, il semblerait pourtant que les quidams soient nombreux à être rassurés quant à l’état de santé de la planète à la simple vue de « vert » et à ne pas s’interroger sur le degré de variété des espèces. Or une plante sur cinq serait actuellement menacée d’extinction, et de la régulation des températures à celle de la quantité de dioxyde de carbone présente dans l’atmosphère en passant par le fait qu’elles constituent l’alimentation de base d’une multitude d’espèces animales, les plantes assurent l’équilibre des écosystèmes. Leur conservation constitue donc un enjeu déterminant pour l’avenir de la planète.

La crainte de débats stériles

Les jardins botaniques ont déjà effectué un travail colossal, assurant plusieurs missions comme la conservation des plantes, la recherche scientifique, l’éducation et l’enseignement, en plus de constituer des attractions touristiques. Leurs responsables insistent désormais sur la nécessité d’optimiser les chances de survie des plantes dans leur habitat naturel. La conférence de Nagoya pourrait bien – devrait – inciter ses participants à consentir un effort financier pour faciliter le travail des scientifiques, dans l’optique de répertorier de nouvelles espèces. Travailler dans des pays en développement (PED), où la biodiversité est souvent très riche, demeure en effet une tâche délicate pour les chercheurs.

Il est primordial de tenter de mettre à jour les données recensées, de cibler les lacunes des missions de recherche déjà effectuées et ainsi élaborer un nouveau calendrier. Il est cependant à craindre que le sommet japonais soit un nouveau « Copenhague » à l’issue duquel les bonnes intentions initiales ne se muent pas en des décisions concrètes. « La conférence de Nagoya peut être notre dernière chance de mettre en place un plan qui marche. Il n’y aura pas de plan B et bien évidemment pas de planète de rechange non plus », a averti Jane Smart, membre de l’Union internationale de conservation de la nature (UICN). « Ce sommet n’aboutira pas à un traité international avec des objectifs contraignants pour les pays », prophétise pour sa part Jérôme Frignet, membre de Greenpeace.

Le sort de la Liste est entre les mains des nations présentes à Nagoya jusqu’au 29 octobre prochain. Espérons que les débats n’auront alors pas été vains.

Crédit photo : Flickr - informatique
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !