NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les plantes anti-pollution pourraient faire leur apparition autour des aéroports français

Les plantes anti-pollution pourraient faire leur apparition autour des aéroports français
Quatre millions de litres de mono-propylène glycol sont utilisés chaque année pour dégivrer les avions dans les aéroports français

Une expérimentation en ce sens devrait être lancée à la fin de l’année. L’idée est de réduire autant que possible l’empreinte écologique des produits dégivrants.

Des produits qui ont beaucoup fait parler d’eux… par leur impuissance durant l’hiver 2010, marqué par des températures exceptionnellement basses, et dont les pouvoirs publics connaissent l’impact environnemental élevé. Sur son site Internet, le ministère de l’Ecologie – qui a provisoirement cessé d’exister en tant que tel avec la nomination de Nathalie Kosciusko-Morizet au poste de porte-parole de campagne de Nicolas Sarkozy, nous y reviendrons – rapporte en effet que les experts estiment « les quantités pulvérisées chaque année pour le dégivrage des avions à quelque quatre millions de litres (NDLR : de mono-propylène glycol) sur l’ensemble des plates-formes françaises (la moitié sur les seuls aéroports parisiens). S’y ajoutent deux millions cinq cent mille litres de formiates de potassium et de sodium pour déverglacer les pistes ».

Le maintien de la sécurité aérienne a donc une contrepartie écologique importante et que le ministère, selon lequel les ouvrages d’assainissement des eaux pluviales ne permettent généralement pas de traiter de telles quantités dans un laps de temps aussi bref, souhaiterait atténuer. Comment ? En ayant recours au concept de marais filtrant. L’idée émane en fait du Service technique de l’aviation civile (STAC), qui a lancé dès 2007 un programme d’études, a procédé à une analyse physico-chimique détaillée des eaux de ruissellement aéroportuaires et a évalué le niveau de biodégradabilité de leurs polluants organiques.

Orly, aéroport-pilote

Des investigations dont les premiers résultats ont débouché sur l’expérimentation de quatre assemblages différents de bacs (ou plots) contenant « deux types de végétation (roseaux et iris, d’une part, joncs ou scirpes, d’autre part) et deux sortes de substrat (sable grossier et sable fin) », précise le ministère, qui ajoute : « A basse température, l’emploi d’un sable trop fin compromet les capacités de filtration du dispositif. En revanche, les espèces végétales ne présentent pas de grands écarts d’efficacité, et le rendement des plots peut être amélioré par l’ajout de nutriments (azote, phosphore) à l’effluent ». Réalisée durant l’hiver 2009-2010, la seconde phase de tests a ensuite confirmé la pertinence d’un tel « dopage » des eaux dans un bassin tampon, d’où la mise en place des premières cellules d’un marais filtrant aux abords immédiats de l’aéroport d’Orly, seconde plate-forme française en termes de trafic et dont les besoins énergétiques seront couverts par la géothermie à hauteur de 30 % d’ici 2020.

Prévue cette année, « la construction du bassin associé permettra alors une expérimentation à plus grande échelle, si possible à l’hiver 2012-2013 », et « l’année suivante, le dimensionnement du nouveau système de traitement des eaux pluviales d’Orly pourra alors être défini », détaille le ministère.

L’aéroport parisien a vocation à initier un mouvement d’ampleur national, sachant que la seconde phase d’études a d’ores et déjà permis de « doper » l’activité bactérienne. « Nous avons réduits de 80 % la charge en polluants organiques en moins de six jours, au lieu de deux semaines auparavant », souligne par ailleurs Benoît Mars, chef de la subdivision Eaux, sols et dégivrants au STAC, cité par le ministère. Dans ces conditions, la perspective d’installer des marais filtrants à proximité de l’ensemble des aéroports français d’ici le milieu de la décennie paraît très crédible.

Crédits photos : flickr / Port of San Diego – Mathieu Marquer
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.pearltrees.com/zegreenweb/biocarburant/id3245507 Biocarburant | Pearltrees

    [...] Une expérimentation en ce sens devrait être lancée à la fin de l’année. L’idée est de réduire autant que possible l’ empreinte écologique des produits dégivrants. Des produits qui ont beaucoup fait parler d’eux… par leur impuissance durant l’hiver 2010, marqué par des températures exceptionnellement basses, et dont les pouvoirs publics connaissent l’impact environnemental élevé. Sur son site Internet, le ministère de l’Ecologie – qui a provisoirement cessé d’exister en tant que tel avec la nomination de Nathalie Kosciusko-Morizet au poste de porte-parole de campagne de Nicolas Sarkozy, nous y reviendrons – rapporte en effet que les experts estiment « les quantités pulvérisées chaque année pour le dégivrage des avions à quelque quatre millions de litres (NDLR : de mono-propylène glycol) sur l’ensemble des plates-formes françaises (la moitié sur les seuls aéroports parisiens). Les plantes anti-pollution pourraient faire leur apparition autour des aéroports français | zegree… [...]