NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les oies à proximité de l’aéroport d’Amsterdam seront gazées

Les oies à proximité de l'aéroport d'Amsterdam seront gazées
Des dizaines de milliers d’oies ont investi Schiphol et ses alentours, gênant le bon fonctionnement de l'aéroport

La prolifération d’oies autour de l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol (Pays-Bas) perturbe le trafic aérien. Un « pacte » a été signé pour endiguer le phénomène en gazant les gêneurs.

Le gouvernement néerlandais n’a pas fait dans la demi-mesure pour enrayer la surpopulation d’oies autour de l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, quitte à s’attirer les foudres des associations de protection de l’environnement et de certains défenseurs des animaux. Le ministère de l’Environnement souligne néanmoins que les collisions avec les avions se sont multipliées ces dernières années, obligeant parfois les pilotes à atterrir d’urgence.

La population d’oies sauvages atteindrait actuellement environ 50 000 individus, soit 14 fois plus qu’en 2005. Plat et abritant beaucoup de points d’eau, le terrain de la plate-forme est en effet propice à la nidification.

Même si aucun objectif chiffré n’a été fixé, un « pacte » a été signé entre le ministère de l’Environnement néerlandais, les agriculteurs de la région et les associations de défense des animaux pour restreindre la prolifération des oies, preuve que la surpopulation des anatidés et les risques qu’elle provoque met tout le monde d’accord. Les méthodes retenues, elles, paraissent pour le moins radicales. Les autorités vont ainsi procéder au labour des champs juste après les récoltes, de sorte à enfouir les graines dont les oies pourraient se nourrir, mener une « traque » intensive, détruire les œufs dans un rayon de 10 kilomètres autour de l’aéroport et surtout recourir à un gaz basé sur un « certain type de CO2 ». On a du mal à imaginer comment des associations de défense des animaux peuvent approuver l’utilisation d’un tel produit, d’autant que les pouvoirs publics sont restés très évasifs à ce sujet. Des radars seront par ailleurs installés à côté des pistes pour détecter les oiseaux susceptibles de provoquer un risque pour le décollage ou l’atterrissage d’un avion.

Alors que la chasse est restreinte dans nos frontières, les chasseurs français ont exprimé leur indignation devant les dispositions prises par le gouvernement. Une étude de 2009 a cependant révélé que les oies qui séjournaient dans le plat pays ne migraient quasiment plus et s’étaient sédentarisées. Les oiseaux qui traversent la France n’auraient donc pas de lien direct avec ceux qui « infestent » les Pays-Bas.

Rappelons enfin que la France a prolongé cette année le temps de chasse à des fins « scientifiques ». Tout comme la chasse à la baleine au Japon, cette décision dissimule mal des motivations qui n’ont probablement rien à voir avec la science.

Crédits photos: flickr – Tony Hishett / Roger Price
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • Nico

    Quelle ironie. Ou comment l’homme, qui pendant des décénies a contemplé, rêveur, les oiseaux en enviant leur capacité à voler, s’en débarasse désormais pour faire décoller… Ses avions. Le ciel appartient maintenant à l’homme ; les oiseaux n’y ont plus leur place. C’est triste non ?

  • Domsau2

    Bonjour.
    Quel gaz sera utilisé, le ZB ? (Prix Nobel de chimie pour son inventeur : Fritz Haber.)

  • chasseur

    ,pkoi ne pas autoriser la chasse , et donner le produit aux necessiteux
    l oie est un plat de roi à Noël

  • mrt

    c’est vraiment mechant, pourquoi ne pas les deplacer pour un autre endroit, pourquoi elles n’auraient pas le droit de vivre comme tout le monde ! la chasse encore pire, les humains sont vraiment méchant envers les animaux ! j’espere bien qu’il y a un paradis, ou chaque personne sera juger comme il se doit !!!!!

  • http://www.pearltrees.com/zegreenweb/faune/id3041110 Faune | Pearltrees

    [...] La population d’oies sauvages atteindrait actuellement environ 50 000 individus, soit 14 fois plus qu’en 2005. Plat et abritant beaucoup de points d’eau, le terrain de la plate-forme est en effet propice à la nidification. Le gouvernement néerlandais n’a pas fait dans la demi-mesure pour enrayer la surpopulation d’oies autour de l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, quitte à s’attirer les foudres des associations de protection de l’environnement et de certains défenseurs des animaux. Les oies à proximité de l’aéroport d’Amsterdam seront gazées | zegreenweb [...]