NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les lions sont sérieusement menacés d’extinction

Les lions sont sérieusement menacés d’extinction
Légende des photos : Le plus célèbre des félins va-t-il disparaître ?

Le roi de la jungle serait-il en train de pousser ses derniers rugissements ? C’est en tout cas ce que redoutent deux explorateurs-conservateurs de la National Geographic Society, Beverly et Dereck Joubert, qui suivent les lions d’Afrique de près depuis une trentaine d’années. Alors qu’ils étaient 450 000 individus à régner sur les terres du continent noir en 1960, les félins ont vu leur population dégringoler de 95% en un demi-siècle (!) pour atteindre seulement 20 000 l’année dernière selon les experts.

Un bien triste constat, d’autant que les lions ne bénéficient même pas du statut d’espèce en danger. Ils figurent en effet dans la catégorie « espèces vulnérables » de la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), soit le cinquième échelon (sur sept au total). De fait, les félins ne font à ce jour l’objet d’aucune mesure de protection nécessaire à leur survie, et si la tendance se poursuit à ce rythme plus qu’inquiétant le monde pourrait bel et bien voir disparaître le roi de la jungle d’ici une petite quinzaine années…

Si la question de la survie du deuxième plus gros félin du monde après le tigre de Sibérie – au plus haut niveau de la chaîne alimentaire mais lui aussi en péril – se pose aujourd’hui, c’est encore une fois à cause de l’Homme. Les efforts  menés dans un premier temps avec la création de réserves naturelles ne se seraient en effet pas inscrits dans la durée aux dires de M. et Mme. Joubert et l’être humain empièterait de plus en plus sur les terrains de chasse des prédateurs.

Chaque année, près de 600 mâles sont en outre la cible de touristes avides « d’aventure », c’est-à-dire venant poser leurs valises en Tanzanie, au Zimbabwe, en Namibie, en Afrique du Sud ou encore en Zambie pour participer à de funestes expéditions de chasse. Quant aux os des lions, ils sont devenus un substitut à ceux du tigre, particulièrement convoités en ces temps où la médecine traditionnelle chinoise a le vent en poupe.

Face à la peur de ne plus voir de crinières majestueuses à l’horizon d’ici quelques années, M. et Mme. Joubert mènent des actions à leur échelle dans le but de protéger les lions d’Afrique. Ils ont notamment réalisé un documentaire, produit par la National Geographic Society, intitulé The last lions (Les derniers lions) pour illustrer l’urgence de la situation.

Il faudra cependant bien plus que les efforts du couple pour empêcher le lion sauvage de s’éteindre à jamais. De même pour les félins de manière générale d’ailleurs, puisqu’en cinquante ans « la population des léopards est tombée de 700 000 à 50 000, celle des guépards de 45 000 à 12 000 et celle des tigres de 50 000 à tout juste 3 000 », souligne Mme Joubert. Jusqu’à quels niveaux les populations de félins devront-elles descendre pour que les autorités locales mais aussi internationales se décident à prendre leurs responsabilités ?

Crédits photos : flickr – jelleprins / fortherock
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • hyper ecolo

    Shame on us… Vraiment…

  • polo

    Ca ne changera jamais…