NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les îles Galápagos sur la voie de la guérison

Les îles Galápagos ont servi de laboratoire grandeur nature au britannique Charles Darwin, qui y étudia dans les années 1830 la diversité des espèces animales

A l’occasion d’une réunion qui se déroule jusqu’au 3 août à Brasilla (Brésil), l’UNESCO (Organisation des Nations-Unies pour l’Education, la Science et la Culture) a décidé de retirer à l’archipel son statut de site en danger. « Par 14 voix contre 5 et une abstention, nous venons de retirer les îles équatoriennes des Galápagos de la liste du Patrimoine mondial en péril », a précisé le ministère brésilien de la Culture, qui préside cette session.

Cette décision consacre le combat mené par les autorités contre les espèces invasives, le tourisme incontrôlé et la surpêche, des menaces qui avaient conduit l’UNESCO à inscrire les îles Galapagos sur la liste des sites culturels ou naturels du patrimoine mondial à protéger en 2007. « Il est important de reconnaître les efforts réalisés par le gouvernement équatorien pour (les) protéger », a estimé le président de l’Institut brésilien du patrimoine, Luiz Fernando de Almeida.

L’archipel voit son intégrité écologique peu à peu restaurée à travers notamment l’augmentation des stocks de ses légendaires tortues géantes. Son horizon s’éclaircit mais l’Equateur devra tout de même continuer de tout mettre en œuvre pour préserver le site. Dotées d’une faune et d’une biodiversité exceptionnelles qui leur ont permis d’être déclarées au Patrimoine mondial de l’humanité en 1978, les îles Galapagos sont un formidable motif d’espoir. Espérons maintenant que la décision de l’UNESCO incite d’autres pays à suivre la voie tracée par le gouvernement équatorien en volant au secours d’autres sites en péril.

Crédit photo : Flickr - cdorobek
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !