NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les gaz de schiste arrêtent-ils les oiseaux en plein vol ?

Les gaz de schiste arrêtent-ils les oiseaux en plein vol ?
Les morts mystérieuses d'oiseaux qui se sont multipliées en début d'année outre-Atlantique ont laissé perplexes beaucoup de scientifiques. André Picot semble en mesure de pouvoir apporter un début de réponse.

Leur exploitation souterraine aurait aux dires d’André Picot, président de l’Association Toxicologie-Chimie (ATC), des répercussions aériennes. Selon cet expert passé par le CNRS et qui a également créé en son sein l’unité de Prévention du risque chimique (PRC), la recrudescence du nombre d’oiseaux morts observée aux Etats-Unis depuis 2009, et plus particulièrement en janvier dernier, serait due à la fracturation hydraulique, technique d’extraction qui décidément cumule les très mauvais points, entre augmentation des taux de radioactivité, de méthane et selon toute vraisemblance intensification de l’activité sismique.

M. Picot s’est appuyé sur des travaux de recherche en provenance des Etats-Unis et du Canada, où l’exploitation des gaz de schiste est en pleine expansion depuis plusieurs années, avec les tristes conséquences environnementales que l’on sait. Il n’y a selon eux  jamais eu autant de produits chimiques dans les sols. Un triste constat explicité en images par Josh Fox dans son documentaire Gasland, lequel apporte la preuve irréfutable d’une grave contamination des nappes phréatiques. Les bovins aussi paieraient un lourd tribut à cette exploitation irraisonnée en buvant du liquide utilisé pour la fracturation des sols.

C’est  le N-Oxyde de 4- nitroquinoléine, dont des chercheurs japonais ont démontré la nocivité auprès de rongeurs, qui serait à l’origine d’une inquiétante décimation de certaines populations de bovins. Le sulfure de dihydrogène (H2S) – qui s ‘échappe des bassins de décantation – pourrait quant à lui être selon le chercheur responsable du décés massif d’oiseaux. Le benzène et les chromates que l’on peut aussi trouver dans les eaux de fracturation, auraient eux aussi un impact sur la santé de la faune.

Rappelant que pléthore de substances qui entrent dans la composition du liquide utilisé pour la fracturation hydraulique ont des effets toxiques à brève échéance et peuvent pour certaines provoquer des cancers à long terme, M. Picot a à son tour tiré la sonnette d’alarme sur toutes les conséquences de la peu ragoûtante « méthode américaine » : gâchis et pertes d’eau en quantités substantielles, épandage de produits dangereux dans la nature etc.

Son plaidoyer anti-gaz de schiste peut-il avoir un impact sur le vote des députés ? La réponse n’est plus qu’une question d’heure…

Crédit photo : flickr – WorldIslandInfo.com
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • hyper ecolo

    C’est la LPO qui ne va pas être contente…

  • vtourisme

    Pauvres petits piafs!