NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les Français connaissent mal les énergies renouvelables

Les Français connaissent mal les énergies renouvelables
Les énergies renouvelables ont encore beaucoup de secrets pour nos concitoyens...

Tout en les tenant en haute estime.

À l’instar des biocarburants, les Français les plébiscitent. Tout en étant très loin de savoir de quoi il s’agit exactement… L’empreinte environnementale « réelle » des essences alternatives leur échappe et pour ce qui est des énergies renouvelables, ils sont une large majorité à ne pas connaître leur actualité, pourtant chargée. Leur adhésion est en fait « de principe ».

Tel est le constat quelque peu pathétique formulé par le SER (Syndicat des énergies renouvelables), lequel a diligenté une enquête réalisée par l’institut IPSOS et dont nos confrères du Monde ont publié les résultats en exclusivité. Une enquête qui survient dans un contexte particulier, alors que le gouvernement vient de prendre des mesures pour relancer les filières de l’éolien offshore et du solaire, en difficulté comme beaucoup d’autres, et que le débat national sur la transition énergétique, censé aboutir à une loi de programmation et qui a débuté fin novembre avec plusieurs semaines de retard sur le calendrier originel, est considéré comme une mascarade par plusieurs associations de protection de l’environnement de premier plan (NDLR : Parmi elles, Greenpeace ou encore Les Amis de la Terre, qui ont claqué la porte avant même l’ouverture des discussions). Cher à François Hollande, ledit débat l’est nettement moins aux yeux de nos concitoyens. 79 % des sondés n’en ont même jamais entendu parler !

Autres pourcentages qui témoignent de l’urgence à sensibiliser l’opinion et à renforcer l’arsenal pédagogique, d’autant que sept personnes interrogées sur dix jugent insuffisante la place de l’énergie dans l’action gouvernementale : 77 % de nos compatriotes savent que le nucléaire n’est pas une énergie renouvelable et la proportion chute à 69 % concernant les gaz de schiste, lesquels ont certes fait leur apparition dans le débat public beaucoup plus récemment. De même, un quart des Français seulement fait le distinguo entre solaire photovoltaïque et solaire thermique.

63 % des Français pensent que les énergies renouvelables supplanteront leurs homologues fossiles d’ici un demi-siècle

Soulignons en outre que 81 % des sondés pensent à tort que le compost est une source d’énergie renouvelable, tandis qu’à peine la moitié sait que le bois de chauffage, lui, en est une. Et si « l’éolien et le solaire sont cités spontanément par respectivement 78 % et 76 % (des Français), […] l’énergie hydraulique et marine (49 %), la géothermie (22 %), la biomasse et les bioénergies (19 %) sont en revanche beaucoup moins présentes à l’esprit des Français, malgré l’importance historique des barrages dans le mix énergétique hexagonal », énumère le quotidien.

Indiscutables, ces lacunes doivent néanmoins être dissociées de la bonne image dont jouissent les technologies « propres » auprès de nos concitoyens. Celle-ci s’explique par le fait qu’elles n’émettent, par définition, aucun gaz à effet de serre. Un atout majeur à une époque où nous sommes immensément nombreux à nous apercevoir de la dégradation de la conjoncture environnementale et à réclamer de facto un développement durable.

Par conséquent, neuf sondés sur dix se disent favorables au déploiement des énergies vertes et 63 % pensent même qu’elles supplanteront leurs homologues fossiles d’ici un demi-siècle. Une prophétie fondée notamment sur la diminution des ressources pétrolières, dont on nous rebat les oreilles depuis plusieurs années, mais que ne partage pas l’AIE (Agence internationale de l’énergie), quand bien même elle s’attend elle aussi à une réduction des coûts qui, pour 68 % des Français, sont aujourd’hui le principal obstacle à l’essor du renouvelable.

Loin devant le préjudice esthétique (26 %), qui ne saurait cependant être déconsidéré dans la mesure où 45 % des sondés seulement sont favorables à l’installation d’éoliennes dans leur champ de vision – trente-sept points de moins que pour les panneaux solaires. Dernière donnée, et pas des moindres : si plus d’un tiers des personnes interrogées se dit prêt à faire l’acquisition d’une source d’énergie renouvelable d’ici cinq ans, une proportion quasiment identique affirme s’être ravisée en raison du coût financier d’une telle opération.

Il serait peut-être judicieux de réviser le crédit d’impôt à la hausse. Même si la nette érosion des finances de l’État rend ce projet plus qu’incertain…

Crédits photos : flickr / Olivier Tétard - Frédérique Panassac
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.3cwm803ntm8y5nv4myctm5.com/ 3cwm803ntm8y5nv4myctm5

    Title…

    [...]Here is a superb Weblog You may Obtain Interesting that we Encourage You[...]…

  • http://www.google.com/ghsajrh Google

    Google…

    Wonderful story, reckoned we could combine a number of unrelated data, nonetheless really really worth taking a appear, whoa did one master about Mid East has got much more problerms too….