NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les Français agissent de plus en plus pour l’environnement

Les Français agissent de plus en plus pour l'environnement
Les produits issus de l'agriculture bio séduisent de plus en plus de nos concitoyens, indépendamment de leur milieu social

De la parole aux actes, il y a un grand pas que nos concitoyens sont désormais nombreux à avoir franchi. C’est le constat qu’a émis le CREDOC (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) dans une étude de cent vingt-cinq pages fourmillant de données statistiques encourageantes.

La réduction de la consommation d’eau fait par exemple figure « de norme sociale, tant elle s’est imposée dans l’ensemble de la société », souligne le Centre, selon lequel les deux tiers des Français veillent aujourd’hui à fermer le robinet pour éviter le gaspillage alors qu’ils n’étaient qu’une courte majorité il y a quinze ans. Et de préciser que l’allègement de la facture n’est plus la motivation première : « malgré la crise économique, les considérations budgétaires passent au second plan. C’est le désir de préserver une ressource naturelle qui prime (NDLR : 54 % l’an passé contre 45 % en 1995) ».

Concernant les transports, les 18-25 ans ne seraient plus que 59 % à disposer d’une voiture, soit quinze points de moins qu’au début des années 1980. Manque de moyens ? Aspiration récente à privilégier les moyens de locomotion doux ? Il en résulte quoi qu’il en soit une baisse non négligeable des émissions de gaz à effet de serre (GES) qui ne sera pas de trop pour maintenir le réchauffement climatique dans des proportions acceptables. « Longtemps porteuse d’un imaginaire de liberté et parfois signe ostentatoire d’un statut social, l’automobile semble avoir perdu de son aura auprès des jeunes […] La hausse des taux d’équipement constatée au niveau national (83 % des ménages en 2008, contre 77 % en 1990 et 58 % en 1970) est en réalité surtout portée par les seniors », résume le CREDOC, étant entendu que la durée de vie des voitures s’allonge – de six à huit ans entre 1990 et 2006 – , que le kilométrage annuel diminue (de quatorze mille trente-et-un kilomètres en 2001 à douze mille sept cent quatre-vingt-onze kilomètres en 20009), que selon l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) « seuls 30 % de la population déclarent que rien n’est susceptible de les amener à moins utiliser leur véhicule personnel » et qu’à terme les seniors pourraient aussi, hausse des prix à la pompe oblige, souscrire massivement aux avantages des modèles « propres ».

le développement durable au coeur des préoccupations des français

Vigilance accrue face au greenwashing

Les produits bio ont quant à eux déjà le vent en poupe malgré les contraintes budgétaires. « Réservé à une minorité plutôt aisée et très engagée il y a quinze ans, le bio se diffuse désormais dans les catégories les plus modestes : 52 % des personnes disposant de moins de neuf cents euros par mois consomment aujourd’hui des produits issus de l’agriculture biologique, contre 20 % en 1995 », rapporte le CREDOC, pour qui la progression des thématiques environnementales dans la société française n’explique pas à elle seule cet engouement. La bonne identification du label AB et l’augmentation de l’offre en rayon – les supermarchés spécialisés n’ont plus le monopole – expliqueraient en effet elles aussi ce phénomène. Le gouvernement, qui a revu à la baisse les subventions accordées aux agriculteurs éco-convertis, aurait quelque intérêt en tenir compte : c’est un fait, pléthore de nos compatriotes ont adopté des habitudes de consommation plus responsables et plus réfléchies. Parallèlement la vigilance des ménages, « de plus en plus avertis et rétifs aux sirènes du “marketing vert”  » irait crescendo. D’une manière générale, les allégations écologiques entourant les produits de grande consommation seraient contre-productives à doses excessives et ce que le Centre appelle le « trop plein de communication » favoriserait le soupçon de greenwashing.

Last but not least, « plus de huit personnes sur dix se sentent concernées par les problèmes d’environnement et une majorité (53 %) se disent très sensibles, contre 41 % l’an passé ». Autre pourcentage révélateur, alors que les bases de la fiscalité verte tardent à être jetées et que le projet de contribution carbone nationale n’a pas abouti : « 37 % des Français affirment être prêts à payer plus de taxes directement affectées à la défense de l’environnement », soit quatre points de plus que l’an passé. À méditer, de même que les changements observés en termes d’attentes et de priorités du grand public. L’intérêt pour le développement durable, la protection des écosystèmes voire la prévention des catastrophes naturelles, il est vrai particulièrement nombreuses cette année, est de plus en plus prononcé et la hausse du thermomètre mondial n’est plus la seule préoccupation écologique.

Une preuve supplémentaire que les mentalités évoluent et la culture « verte » fait son trou dans les chaumières.

Crédits photos : flickr – MG Spain Export Consulting / Rhian vK
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • visiteur

    Comme si la consommation de produits bio (et de quel bio parlons-nous dans les supermachés…celui qui vient d’espagne, du maroc etc. et qui utilise un avion, dix camions pour enfin arriver dans le dit supermarché !! Question pollution…) serait la preuve d’un changement de conscience et une preuve de l’intérêt des français en ce qui concerne l’environnement !!
    L’environnement du bobo écolo parisien, certainement, mais pour ce qui est de la réalité du terrain !! Waou, !! pour une chimére, c’est génial. Pour ce qui est dela réalité : surpopulation de sangliers détruisants nos écosystémes, guerre ouverte par le gouvernement et les chasseurs contre les prédateurs (loups et ours, lynx)régulateurs naturels de la faune avec incidence directe sur la flore, pollution des sous-sols dû au 6000 tonnes de plombs que les chasseurs et autres malades de la gachette rejettent chaque année dans les sols avec pollution directe des nappes phréatiques, interdiction de cultiver un nombre croissant de légumes, de récolter un nombre croissant de plantes, sous tutelles des industries pharma, interdiction (atteinte du droit à la liberté de parole avec violation de la constitution des droits de l’homme)d’évoquer les remèdes naturels, surconsommation de médicamments avec pour conséquences de rejets hautement polluants par les sels des dits médicamments et vaccins (50 années pour un résidu de médicamment, 100 pour un résidu vaccinal), interdiction de se soigner à l’homéopathie, non remboursement de cette médecine par la C.A.M, les sous-sol pollués par l’utilisation de pesticides hautements toxiques dont la liste de validation pour certain à été allongé par la chambre de l’agriculture européenne… etc.
    Ho !! Vous nous prenez pour qui M Duhamel ? Des bouffons incultes ?
    Si je continu, je fais exploser le compteur.
    Cet article est à la hauteur des mensnonges que n’a de cesse de raconter le ministère de l’escrologie, avec celui-ci, celui de ce gouvernement illégitime dont le “président” a violé la constitution en se présentant aux élections sous un nom qui n’est pas le sien (celui de son baptéme)…

    Notation de l’article pourune presse libre : – 100 sur 10.
    Notation de l’article pour une presse “goebelienne” : 100 sur 10.

  • daniel d

    @visiteur le 1 septembre 2011 à 13:24

    Je ne sais pas pour qui vous prend l’auteur de l’article, mais moi je vous tiens pour un pauvre con ! Quant à la conclusion de votre triste commentaire sur un président qui serait “illégitime”, il donne à penser que vous consommez des produits que l’on ne trouve pas dans les supermarchés !

  • visiteur

    Très bon article, mais visiblement il y a des non-comprenants -pour rester polis- qui manquent de la subtilité d’esprit nécessaire pour faire le distingo entre une “prise de conscience collective” pouvant mener à un nécessaire mais lent changement de mode de vie, et une “révolution subite des moeurs”. Ce genre de personnes se recrutent en général dans les sectes verdâtres et se retrouvent à terme dans les services d’hépato-gastro-entérologie !

  • http://www.pearltrees.com/zegreenpearl/environnement/id1646524 Environnement by zegreenpearl – Pearltrees

    [...] Last but not least, « plus de huit personnes sur dix se sentent concernées par les problèmes d’environnement et une majorité (53 %) se disent très sensibles, contre 41 % l’an passé ». Les Français agissent de plus en plus pour l’environnement | zegreenweb [...]