NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les Etats-Unis peu friands de mercure

Les Etats-Unis peu friands de mercure
Selon l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA), les émissions de mercure générées par la production d'or peuvent être réduites. C'est aussi l'avis de l'administration Obama

Les émissions de mercure sont désormais jugées indésirables par les Etats-Unis. L’agence de protection de l’environnement (EPA) souhaite en effet réduire ces rejets émanant de la production aurifère.

L’EPA préconise la limitation des émissions de mercure. Pour remporter ce combat, l’EPA souhaite mettre à contribution le secteur de l’or, dont les rejets de mercure pourraient selon elle être ramenés à 630 kg par an (une réduction de 73% par rapport au niveau de 2007). Vingt centres de production pourraient selon l’Agence être concernés par ce nouveau seuil.

Une recommandation qui se situe dans la droite ligne de la politique écologique instiguée par l’administration Obama, laquelle s’est prononcée pour une réduction des émissions de carbone et de mercure.  Reste que, pour l’heure, les 1 100 centrales thermiques à charbon réparties sur l’ensemble du territoire américain rejettent chaque année près de 48 tonnes de mercure. Un véritable désastre écologique.

Le mercure, un poison pour la nature et pour l’Homme

Toxique pour l’environnement, le mercure peut aussi attenter à la santé des êtres vivants. Une dangerosité qui provient principalement de sa capacité à s’accumuler rapidement et en grande quantité dans les organismes. Qu’il soit rejeté sous forme de gaz ou de liquide, il prend alors le chemin des cours d’eau. Absorbé par les sédiments et les racines des plantes aquatiques, ce métal lourd s’insinue ensuite dans la chaîne alimentaire moyennant un phénomène de bioaccumulation. Il en résulte une perturbation du cycle de reproduction et un endommagement du système nerveux chez de nombreux animaux comme les oiseaux et les poissons. Selon plusieurs études scientifiques, ces troubles seraient en outre vecteurs de maladies et notamment de cancers mais aussi de troubles neurologiques et de maux de tête.

Autant de dommages qui justifient amplement la volonté étatique de diminuer les rejets de mercure.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !