NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les barrages du Mékong pourraient emporter les poissons géants d’Asie

Les barrages du Mékong pourraient emporter les poissons géants d’Asie
Un quart des poissons géants de la planète nagent actuellement dans les eaux profondes du Mékong

Il y avait déjà la pollution, la sécheresse et les prédateurs et il y aura très probablement les barrages du fleuve Mékong. Plus que jamais menacés, les poissons géants d’Asie pourraient aux dires du WWF ne pas survivre aux nouvelles installations hydrauliques.

D’après le WWF, la construction de onze barrages le long du fleuve (NDLR : qui traverse la Chine, le Laos, la Thaïlande et le Cambodge) constituerait autant d’obstacles quasiment infranchissables et les empêcherait de rejoindre leurs lieux de reproduction. A cause de leur taille impressionnante - certains peuvent mesurer jusqu’à cinq mètres de long, « ils ne pourront tout simplement pas traverser une barrière de la taille d’un barrage pour atteindre leurs frayères (NDLR : lieux où les poissons déposent leurs œufs) en amont », anticipe Roger Mollot, biologiste auprès du WWF Laos. Les barrages du Mékong sonneraient ainsi le glas des poissons géants. « Cela conduira à la disparition de ces espèces », conclut l’association.

Le fleuve regorge de poissons plus exceptionnels les uns que les autres mais qui ne seront pas tous logés à la même enseigne face à cette nouvelle menace. Le poisson-chat géant, espèce de trois mètres de long en moyenne, devrait par exemple connaître les plus lourdes pertes, sachant en outre qu’une tradition cambodgienne selon laquelle manger de ce poisson porte chance le met déjà en péril. La raie géante d’eau douce, qui peut peser jusqu’à 350 kilos, devrait elle aussi payer un lourd tribut aux barrages. A terme, ce sont en fait près de 50 espèces remontant le Mékong du Cambodge vers la Chine qui risqueraient d’être affectées par ces édifications en série.

Les activités de pêche elles aussi menacées ?

Les futures structures pourraient donc modifier l’écosystème du Mékong de façon irréversible. Les experts redoutent notamment que l’ensemble du delta perde en sédiments, ce qui le rendrait plus vulnérable à la hausse du niveau des eaux liée au réchauffement climatique. Les hommes pourraient aussi pâtir de la construction des barrages, celle-ci étant susceptible de priver les pêcheurs de près 70% de leurs prises. Or la pêche est la principale source de revenus des habitants du delta.

Face à toutes les conséquences négatives que pourraient avoir la mise en service des onze barrages, le WWF réclame un moratoire pour analyser « leurs impacts sur l’équilibre écologique du fleuve Mékong et de ses affluents » tout en soutenant divers projets de centrales hydrauliques durables le long du fleuve. Ce serait en effet, selon toute vraisemblance, une alternative autrement plus sage.

Crédit photo : Flickr - daveparker
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !