NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les associations boycottent le recensement des éléphants au Sri Lanka

Les associations boycottent le recensement des éléphants au Sri Lanka
Au Sri Lanka, les éléphants domestiqués sont au centre des cérémonies religieuses

En lançant son vaste projet de recensement des pachydermes, le gouvernement sri-lankais déclarait aller de l’avant. Pendant trois jours, douze groupes de défense de l’environnement et près de cent bénévoles devaient travailler main dans la main afin de compter le nombre d’éléphants sauvages.

Seulement, voilà. Le ministre sri-lankais de la faune, SM Chandrasena, a déclaré, lundi, que « les animaux adaptés aux défilés (dans le cadre des cérémonies religieuses) seront choisis pendant le recensement, apprivoisés et remis aux temples. » Selon le ministre, le nombre d’éléphants domestiqués aurait diminué de moitié, et parmi les 150 pachydermes restants au service de l’Homme, seuls quelques-uns peuvent prendre part aux cérémonies religieuses.

C’en est trop pour les associations de défense de l’environnement qui n’ont pas accepté la finalité du recensement. « C’est un stratagème pour identifier les éléphants et les domestiquer », s’est insurgé Rukshan Jayawardene, président de l’association Wildlife Conservation Forum« La capture de pachydermes est néfaste pour le processus de sélection naturelle à l’état sauvage », a-t-il ajouté. « Les mâles reproducteurs sont déjà en danger d’extinction en raison des diverses menaces auxquels ils sont confrontés chaque jour. Les jeunes pachydermes, qui en grandissant pourraient devenir des mâles reproducteurs, vont donc être exploités dans des temples ou des résidences privées. Dans un pays à prédominance bouddhiste c’est inexcusable. » Les associations et les bénévoles se sont donc immédiatement retirés du projet.

Un boycott qui n’a pas pour autant stoppé le gouvernement dans sa lancée. « Nous ne pouvons pas arrêter cela maintenant, nous nous sommes trop investis dans cette opération », a souligné HD Rathnayake, directeur général du service de conservation de la faune, à l’agence de presse Reuters. « Nous mobilisons 1 000 à 1 500 soldats pour effectuer le recensement dans le Nord et l’Est du pays. » Le recensement devrait donc rendre une photographie détaillée des troupeaux et du nombre global d’éléphants vivant sur le territoire sri-lankais. Une première depuis plus d’un siècle pour ce pays ravagé par les guerres civiles.

Le dernier comptage, réalisé dans les années 1900, faisait état d’une population d’environ 12 000 individus. Aujourd’hui, les spécialistes estiment que seuls 4 000 à 5 000 éléphants vivent au Sri Lanka. Une diminution qui s’explique notamment par la mauvaise relation hommes-pachydermes. En effet, de nombreux éléphants sauvages sont abattus par les paysans désirant préserver leurs cultures. Mais cette raison ne serait pas la seule. Pour les écologistes, les pachydermes domestiqués voient leur espérance réduite et meurent d’épuisement, de faim ou de maltraitances.

Crédits photos : flickr - SBaker
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !