NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

L’énergie renouvelable se cache aussi dans nos poubelles

L'énergie renouvelable se cache aussi dans nos poubelles
La décharge de Spy Hill (Canada)

Il s’appelle « biogaz », on le trouve dans les marais, les stations d’épuration ou encore dans les décharges d’ordures ménagères, et il présente des avantages écologiques considérables.

C’est un gaz qui provient de la fermentation de matières organiques animales ou végétales en l’absence d’oxygène et qui présente un potentiel énergétique non négligeable. Principalement composé de méthane et de dioxyde de carbone, il ne tire son énergie que de la présence dudit  méthane, lequel est également un des principaux composants du gaz naturel.

La formation du biogaz, aussi appelée « méthanisation », est un phénomène naturel qui se produit spontanément dans les marais ou dans les décharges mais qui peut aussi être provoqué et amplifié par l’installation de « digesteurs ». Ceux-ci permettent en effet une méthanisation artificielle et contrôlée.

La récupération et l’utilisation du biogaz sont d’autant plus intéressantes que le méthane qu’il contient est un gaz à effet de serre (GES) puissant alors que le dioxyde de carbone produit par sa combustion a un impact trente fois moins important sur l’effet de serre.

L’exploitation des ressources énergétiques de ce gaz issu de nos déchets est encore peu développée au regard des perspectives qu’il ouvre en matière de préservation de l’environnement. Certaines de ses utilisations actuelles sont néanmoins prometteuses.

Chez nos voisins d’Outre-Atlantique, le campus de l’Université de New Hampshire est par exemple entièrement alimenté par du biogaz. Grâce à la mise en place du projet Ecoline, elle reçoit depuis l’an passé des approvisionnements de méthane issu de décharges traitées pour l’extraction du biogaz. Le campus, qui fonctionnait auparavant au gaz naturel, a de fait réduit à la fois ses dépenses en énergie et ses émissions de GES.

En Europe, le biogaz est au cœur du programme Biogasmax, un projet communautaire de développement des transports urbains. L’objectif est de mettre en place des réseaux de transports alimentés au biogaz qui atténueraient les problèmes liés à la pollution de l’air et à la gestion des déchets dans les villes. Biogasmax regroupe déjà plusieurs métropoles européennes, dont Lille, Stockholm (Suède), Rome (Italie), Berne (Suisse), Torun et Zielona Gora (Pologne), où sont menées expériences et autres études qui devraient aboutir à  l’élaboration d’un projet global et définitif.

Améliorer et mettre à profit la gestion des déchets tout en réduisant l’effet de serre : un triple défi environnemental qui, s’il devait être relevé à grande échelle, pourrait bien révolutionner le secteur de l’énergie.

Flickr - D'Arcy Norman
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !