NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Le train-couchettes connait une renaissance inattendue en Europe

En 2017, les lignes ferroviaires de nuit sont supprimées à travers l’Europe et les wagons-lits semblaient prêts à être garés au musée des transports, tués par la concurrence des compagnies aériennes à bas prix et des trains à grande vitesse. Cependant, à peine quelques années plus tard, les trains de nuit pourraient connaître une renaissance inattendue.

En octobre, les chemins de fer fédéraux autrichiens (ÖBB) – l’un des très rares opérateurs ferroviaires européens à ne jamais avoir renoncé aux liaisons de nuit – ont annoncé leur intention d’introduire un nouveau service Vienne-Bruxelles Nightjet à partir de janvier 2020.

Une connexion entre Amsterdam et Vienne pourrait suivre en 2021. Ce serait le premier train de nuit international circulant aux Pays-Bas depuis décembre 2016.

Une étude récente de l’Institute of Mobility Policy, qui relève du ministère néerlandais de l’Infrastructure, a conclu qu’il existait un bon potentiel pour les trains de nuit depuis Amsterdam vers plusieurs destinations européennes, notamment Vienne, Zurich et Milan.

Le soutien aux trains de nuit gagne également du terrain en Suisse. Les Chemins de fer fédéraux suisses (CFF) discutent de la réintroduction des wagons-lits, retirés des rails suisses en 2009 (les services de nuit actuellement assurés à Zurich sont exploités par ÖBB).

Voler est le moyen le moins cher d’augmenter son empreinte carbone

Une étude commanditée par l’Association suisse pour les transports et l’environnement a révélé que la majorité des Suisses interrogés sont favorables aux trains de nuit transeuropéens. « Nous sommes conscients de la demande et nous examinons par conséquent si nous pouvons reconstruire le réseau de trains de nuit. Nous examinons actuellement les itinéraires et les correspondances », a déclaré Armin Weber, responsable du transport international de voyageurs aux CFF, à la télévision publique suisse SRF.

Le gouvernement suédois souhaite également explorer la possibilité de réorganiser son offre ferroviaire de nuit, dans le cadre des plans ambitieux du pays visant à être neutres en carbone d’ici 2045.

L’impact relativement faible des voyages en train sur l’environnement est l’une des principales causes du retour en force des dormeurs et des couchettes romantiques. Les trains de nuit ont été tués petit à petit par l’avènement des avions plus rapides et moins chers. Fin 2019, ils prennent finalement leur revanche.

Un rapport publié en octobre par le Comité britannique sur le changement climatique indique que « voler est le moyen le plus rapide et le moins cher pour un consommateur d’augmenter son empreinte carbone ». Les voyages (de nuit) par chemin de fer, qui sont presque toujours moins intensifs en carbone que l’aviation, pourraient devenir alors le choix de prédilection des voyageurs soucieux de l’écologie. De plus, les passagers économisent une nuit d’hôtel coûteuse et se lèvent bien reposés en plein centre-ville, prêts pour leur visite ou leurs réunions.

Le bout de la ligne est encore loin

Les trains de nuit sont-ils donc la solution miracle pour des voyages soucieux du climat ? Non, ou du moins pas encore. Les frais d’accès élevés aux voies, les contraintes de capacité d’infrastructure et les coûts de maintenance élevés freinent les investissements des compagnies de chemin de fer dans leurs services de nuit.

Le cas du nouveau Caledonian Sleeper est exemplaire à cet égard. Reliant Londres à l’Écosse, le Caledonian Sleeper est l’une des deux liaisons nocturnes encore en service au Royaume-Uni (l’autre, la Riviera, relie Londres à l’ouest de la Cornouailles).

La particularité des wagons-lits tient en partie au fait que les déplacer d’un pays à l’autre constitue une opération « épique ». Cela nécessite une infrastructure solide, un matériel roulant sans faille, un personnel spécialisé capable de respecter les normes de l’hôtel dans des conditions difficiles et (souvent) une coopération internationale.

Le défi consiste maintenant à rendre cette option de voyage romantique et respectueuse du climat plus économiquement viable, à la fois pour les opérateurs et les passagers. Et pour que cela reste une expérience raisonnablement agréable.

La lutte est rude et il y a beaucoup de travail à faire, mais cela signifie également que, pour les trains de nuit, le bout de la ligne est encore très loin.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !