NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Le Québec lance sa certification sur les produits recyclés

Le Québec lance sa certification sur les produits recyclés
C’est notamment pour lutter contre le greenwashing de certaines entreprises que le Québec s’est engagé, d’ici à 2012, à mettre en place une des premières certifications nord-américaines sur les produits recyclés

Petite révolution outre-Atlantique, puisque le Québec s’apprête à devenir l’un des premiers Etats nord-américains à mettre en place une certification pour les produits à contenu recyclé.

Stop au greenwashing. C’est en substance le message délivré par le ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec, Pierre Arcand. Citant une étude américaine de 2009 qui montrait que 98% d’un échantillon de plus de 2 000 produits étiquetés « verts » ne respectaient pas les principes de l’éco-étiquetage, il a annoncé ce mardi vouloir doter la province du Québec d’une des premières certifications officielles pour les produits à contenu recyclé.

Alors même que les populations sont de plus en plus soucieuses de savoir ce qui se cache derrière les étiquettes, la décision du ministère tombe à point nommé. « Cette certification vient répondre à un besoin exprimé par différentes clientèles soucieuses de l’environnement et de la qualité de leurs achats. Ces dernières pourront bientôt compter sur un outil de référence fiable pour guider leurs achats, basé sur des normes rigoureuses qui préviennent l’éco-blanchiment (greenwashing) » explique M. Arcand.

Le Québec ne compte pour l’heure qu’un répertoire d’environ 200 produits certifiés, tenu par la Société québécoise de récupération et de recyclage (Recyc-Québec) – une institution d’ailleurs vouée à disparaître prochainement. Et encore, l’inscription sur ce registre ne repose que sur la bonne foi des fabricants. « On constate une augmentation du nombre de produits verts, mais il n’existe pas d’encadrement sur l’utilisation de ces labels » explique encore le ministre.

Une mesure unanimement saluée

C’est le Bureau de la normalisation du Québec qui sera chargé de la mettre en place, tandis que le ministère du Développement durable détiendra les droits de propriété de cette marque de certification et cherchera à la diffuser. Objectif avoué, que tout ce processus soit bouclé pour début 2012. Les premiers destinataires de cette mesure sont les ministères et organismes publics, qui pourront ainsi impulser plus facilement des politiques pour stimuler le recyclage, mais aussi les entrepreneurs qui, par exemple, voudront construire des bâtiments durables à haute performance, sur le modèle de la certification environnementale LEED.

De nombreuses instances ont en tout cas d’ores et déjà apporté leur soutien à cette initiative, comme le Conseil patronal de l’environnement, Réseau Environnement (NDLR : plus important regroupement de professionnels et de l’industrie environnementale au Québec) ou encore le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement (RNCREQ) : « sa mise en place facilitera le choix des consommateurs et l’adoption de politiques d’achat responsable » signale le communiqué de cette instance.

Avec cette mesure se réalise l’une des priorités du gouvernement québécois en matière d’environnement, le soutien à l’industrie de la récupération. Espérons qu’elle en inspire d’autres, et pourquoi pas au-delà des rives du Saint-Laurent.

Crédit photo : flickr – wstryder / Melissa Goldstei
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !