NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Le protoxyde d’azote est en constante augmentation dans l’atmosphère

Le protoxyde d'azote est en constante augmentation dans l'atmosphère
Selon le dernier bulletin publié par l'Organisation météorologique mondiale (OMM), la concentration de gaz à effet de serre (GES) dans l'atmosphère a atteint de nouveaux records en 2010

Le dernier bulletin de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a révélé que la concentration de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère a atteint de nouveaux pics en 2010, ce qui devrait renforcer le réchauffement climatique. Bien que le dioxyde de carbone (CO2) et le méthane (CH4) soient les deux gaz les plus importants, ledit bulletin met par ailleurs l’accent sur le protoxyde d’azote (N2O), également appelé « oxyde nitreux » et qui peut subsister jusqu’à 120 ans dans l’atmosphère.

Quoique moins connu que le CO2 et le méthane, le N2O est un GES dont le pouvoir de réchauffement global sur un siècle est 310 fois plus élevé que celui d’une masse similaire de CO2 et participe aussi à la destruction de la couche d’ozone stratosphérique. Sa concentration dans l’atmosphère a de surcroît augmenté de 20 % entre 1750 et 2010 pour représenter aujourd’hui près de 30 000 tonnes de gaz, un chiffre qui, selon l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), pourrait continuer à augmenter et nécessiterait la mise en place de nouvelles dispositions.

Les enjeux, eux, sont de taille, sachant que les sources de protoxyde d’azote sont à la fois naturelles – les océans par exemple – et humaines. Pour l’année 1999, l’agriculture contribuait ainsi à 72 % des rejets de N2O, principalement à cause des phénomènes de nitrification et de dénitrification des sols cultivés, de l’utilisation d’engrais azotés comme le fumier et d’une mauvaise gestion des déjections animales. Les activités industrielles ont elles aussi leur part de responsabilité dans la mesure où les ateliers de production d’acide nitrique, de glyoxal, d’acide gloxylique et d’acide adipique émettent eux aussi du protoxyde d’azote. A ceux-ci s’ajoutent la combustion de la biomasse et, dans une moindre mesure, le trafic routier, qui voit ses rejets augmenter à cause de la généralisation des pots catalytiques sur les véhicules.

Dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, il est urgent d’agir sur ces secteurs d’activité afin de réduire leurs dégagements de protoxyde d’azote. D’autant que la concentration de CO2 a parallèlement augmenté de 2,3 parties par millions (ppm) entre 2009 et 2010, ce qui représente un accroissement plus important que lors de la dernière décennie (2,0 ppm). Des données préoccupantes, à défaut de préoccuper tous les décideurs si l’on en juge par les différends climatiques chroniques au sein de la communauté internationale.

Crédits photos : flickr – Groume / Randalfino
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.facebook.com/people/Amanda-Brook/1617710166 Amanda Brook

    Quand on lit ca, on se demande où sont les efforts de chacun pour sauver notre planète

  • http://www.pearltrees.com/zegreenweb/consequences/id3453047 Conséquences by zegreenweb – Pearltrees

    [...] Le protoxyde d’azote est en constante augmentation dans l’atmosphère | zegreenweb [...]