NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Le plan du Green Deal européen prévoit que le continent devienne le premier continent climatiquement neutre d’ici 2050

La Commission européenne a dévoilé la feuille de route vers une économie durable pour les 30 prochaines années. Le Green Deal vise à atteindre la neutralité climatique de l’UE d’ici le milieu du siècle et couvrira tous les secteurs économiques, notamment l’énergie, l’agriculture et les transports.

« Le Green deal européen est notre nouvelle stratégie de croissance », a déclaré la nouvelle directrice de la Commission, Ursula von der Leyen, le 11 décembre. L’ancienne ministre allemand de la Défense a promis de présenter la première loi européenne sur le climat dans un délai de 100 jours.

D’ici l’été prochain, l’exécutif de l’UE lancera un plan pour augmenter l’objectif climatique de l’UE pour 2030 de 40% actuellement à 50-55% afin de rendre possible les émissions nettes de gaz à effet de serre d’ici 2050.

Devenir un leader mondial

Parmi les actions pour mener la lutte mondiale contre le changement climatique, la Commission propose des révisions des directives sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. Dans ce domaine, une attention particulière est portée à la refonte des bâtiments européens.

Certaines industries de transport comme le secteur automobile seront particulièrement affectées par les nouvelles normes d’émission de CO2. Les véhicules électriques étant le pari majeur de l’UE, la Commission entend soutenir le déploiement d’un million de bornes de recharge publiques d’ici 2025.

Les activités agricoles connaîtront également une transition importante pour réduire l’utilisation de pesticides chimiques, tandis que certains secteurs à forte intensité de ressources tels que les textiles, la construction, l’électronique et les plastiques devront s’adapter au Plan d’action pour l’économie circulaire pour survivre.

« Nous aiderons notre économie à devenir un leader mondial en agissant et en accélérant notre action », a déclaré Ursula Von der Leyen. « En montrant au reste du monde comment être durable et compétitif, nous pouvons convaincre d’autres pays de bouger avec nous », a-t-elle conclu.

Mais ce plan nécessite l’approbation du Parlement européen et du Conseil européen – qui comprend les 28 dirigeants européens – et le deuxième organe ne sera pas facile à convaincre.

Urgence climatique et environnementale au sein de l’UE

La plupart des pays de l’UE ont soutenu l’objectif d’émissions nettes zéro, mais certains comme la Pologne, la République tchèque et la Hongrie refusent d’approuver la proposition jusqu’à ce que des fonds européens spécifiques soient alloués pour aider leurs économies à passer au vert.

De leur côté, les dirigeants des principaux groupes politiques du Parlement – Parti populaire européen (PPE), Socialistes & Démocrates (S&D) et Renouveler l’Europe (RE) – ont salué l’annonce de la présidente.

Les Verts et la Gauche unie ont demandé respectivement à l’UE de s’engager à une réduction de 65% et 70% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Le groupe d’extrême droite (ID) et les conservateurs (ECR) ont montré leur opposition au Green Deal.

Avant la COP25 des Nations Unies qui se tient jusqu’au 13 décembre à Madrid, les députés ont approuvé une résolution déclarant une urgence climatique et environnementale dans l’UE avec 429 voix pour, 225 voix contre et 19 abstentions.

Lors de la même session plénière, l’Assemblée de l’UE a exhorté la Commission à inclure l’objectif de réduction de 55% d’ici 2030 dans le Green deal européen.

Le président de la commission de l’environnement du Parlement européen, Pascal Canfin, n’a pas hésité à se référer à la décision de Trump lorsqu’il a pris la parole. « Alors que les Etats-Unis ont confirmé leur sortie de l’accord de Paris, nous avons réaffirmé aujourd’hui que nous voulons que l’Europe soit sérieuse dans la lutte contre le changement climatique », a-t-il déclaré.

Atteindre les objectifs du Green Deal nécessite des investissements importants

Après l’annonce d’hier, la plupart des questions des députés ont porté sur les moyens de financer la transition durable.

Selon la Commission, au moins 25% du budget à long terme de l’UE devrait être consacré à l’action pour le climat. Jusqu’à présent, l’organisme de l’UE estime à 260 milliards d’euros d’investissements annuels supplémentaires pour atteindre l’objectif climatique 2030.

Un plan d’investissement pour une Europe durable sera lancé début 2020 en même temps qu’une stratégie de financement vert pour le secteur privé afin de contribuer au financement de la transition verte.

Le plan vise à transformer le mode de vie, de travail, de production et de consommation des Européens. « Chaque industrie et chaque pays fera partie de cette transformation », a déclaré le vice-président de la Commission, Frans Timmermans, qui a souligné la responsabilité de l’UE de veiller à ce que la transition soit « une transition juste » dans laquelle « personne n’est laissé pour compte ».

Pour la première fois, les citoyens européens ont souligné le changement climatique et l’environnement comme les questions les plus importantes que le Parlement devrait aborder. Selon l’enquête Eurobaromètre d’octobre, 32% des citoyens de l’UE souhaitent que le climat soit la priorité absolue des députés.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !