Le Pass Navigo à prix unique, c’est pour bientôt

Présenté par Allianz
Le Pass Navigo à prix unique, c’est pour bientôt
Le dézonage du réseau francilien de transports en commun sera total à compter de début 2013

Reste à connaître le tarif de l’abonnement…

Les modes de transport doux ont décidément la cote à Paris. Le succès du Vélib’ ne se dément pas. Celui de son pendant motorisé Autolib’, inauguré lundi, n’est pas acquis mais les deux dispositifs témoignent de la volonté de la municipalité socialiste d’assainir l’atmosphère parisien.

Les élus écologistes n’étaient pas favorables à la mise en service d’un système de location de voitures électriques en libre-service, redoutant notamment qu’au lieu de décongestionner les artères de la capitale il ne fasse le lit de l’automobile au détriment du vélo et des transports en commun. Officialisée cette semaine, la mise en place d’un tarif unique pour le Pass Navigo a en revanche rassemblé la gauche parisienne. Débattue depuis de longues années, cette mesure permettra à l’ensemble des usagers franciliens titulaires d’un abonnement de se déplacer partout dans la région le week-end à compter de mi-2012 et tous les jours à partir de début 2013. Le dézonage sera alors complet dans la mesure où le STIF (Syndicat des Transports d’Île-de-France) aura pu « bénéficier des ressources additionnelles garantissant le financement complet de ladite mesure ».

Les prix n’ont cependant pas encore été arrêtés à l’heure où nous écrivons ces lignes et trois scénarios demeurent plausibles. L’option privilégiée par la Mairie de Paris est un forfait de soixante-cinq euros, soit grosso modo le prix de l’abonnement actuel pour des déplacements dans les zones 1 et 2 et une baisse conséquente de 41 % pour les détenteurs d’un abonnement couvrant les zones 1, 2, 3, 4 et 5. Quant au prix du carnet, il resterait stable. Problèmes : il manquerait 550 millions d’euros pour que le STIF s’y retrouve et l’augmentation du Versement Transport envisagée par le Parti socialiste et EELV pour maintenir sa situation financière suppose une approbation des députés. Or l’UMP, largement majoritaire à l’Assemblée Nationale, y est farouchement opposée.

Synonyme de hausse de 27 % pour les détenteurs de Navigo 1-2 et de réduction de 28 % pour ceux de Navigo 1-5, l’alignement sur un abonnement à 79 euros, par ailleurs accompagné d’une augmentation de 40 % du prix du carnet à 17,50 euros, fait quant à lui grincer des dents les élus parisiens de gauche comme de droite. Il a de fait de fortes chances d’être écarté, d’autant que l’adjointe au maire en charge des Transports Annick Lepetit a rappelé que les Parisiens contribuent déjà à hauteur de 33 % au budget du STIF… tout en ne représentant que 18,6 % de la population francilienne.

Création prochaine d’ « unités transports »

Dernière possibilité : un abonnement unique à 89 euros (NDLR : le prix du carnet, lui, demeurerait stable) qui équivaudrait à un bond tarifaire de 43,5 % pour les titulaires d’un abonnement Navigo 1-2 et à une baisse de 19 % pour ceux d’un Navigo 1-5. Citée par nos confrères de Challenge, la maire UMP du XVIIe arrondissement Brigitte Kuster affirme que c’est la somme que doivent débourser les usagers pour équilibrer les comptes du Syndicat. On imagine toutefois le tollé qu’un tel coût susciterait auprès de ceux, nombreux, domiciliés et travaillant dans les zones 1 et 2.

La tarification unique, quel que sera le coût final de l’abonnement, ira enfin de pair avec une refonte totale des modes de paiement. Des « unités transports » permettant d’évaluer la distance réelle parcourue par l’usager seront ainsi déployées. Pour ce faire, ce dernier achètera et chargera sur son Pass Navigo un « crédit » qui sera débité au fur et à mesure de ses déplacements. Il aura par ailleurs la possibilité de payer son forfait et les « unités transports » via Internet et depuis son téléphone portable.

La mise en place d’un Pass unique a enfin été déplorée par la ministre du Budget Valérie Pécresse, qui a fait valoir que « 550 millions d’euros par an, c’est aussi le prix de la rénovation d’une ligne entière de RER ou l’achat de 55 trains tout neufs » et que « les rames de RER ont 29 ans d’âge en moyenne ». Et d’évoquer « un contresens, un faux sujet, loin des préoccupations des usagers », lesquels aspireraient avant tout « à une meilleure qualité de service, à commencer par des trains qui partent et arrivent à l’heure ». Tel n’est visiblement pas l’avis de la Mairie, pour qui on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs.

_

Cet article vous a été proposé par Allianz, leader européen de l’assurance et des services financiers, en partenariat avec zegreenweb. Pour en savoir davantage sur les engagements d’Allianz en matière de développement durable, nous vous invitons à visiter le site http://www.allianz-nos-engagements-durables.fr.

Crédit photos : flickr – Nicolas Nova / Wikimedia Commons - Greenski
GD Star Rating
loading...

  • Geraldine

    Bonne initiative sauf si c’est pour payer plus chers ! 

  • Bruno Visiteur

    Je pense qu’il y a d’autres priorités que le pass Navigo à régler comme la régularité, le nombre de trams, la propreté des wagons et j’en passe… ! 

  • Elisa

    Si tout le monde s’aligne au prix le plus bas Ok sinon contre ! Tout le monde n’est pas intéressé pour aller en zone 5!

  • http://www.pearltrees.com/zegreenweb/metros/id3331104 Métros by zegreenweb – Pearltrees

    [...] Création prochaine d’ « unités transports » Le Pass Navigo à prix unique, c’est pour bientôt | zegreenweb [...]