NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Le lithium se laisse désirer

Le lithium se laisse désirer
Une mine de lithium en Argentine

Pourquoi le lithium suscite-t-il tant de convoitises ? Le métal blanc argenté, le plus léger connu à ce jour, est connu pour constituer l’un des principaux composants des batteries qui alimentent nos voitures hybrides et électriques. Des batteries qui sont également utilisées en informatique et en téléphonie. Si certains estiment à onze millions de tonnes les réserves de lithium sur Terre – ce qui revient à dire qu’il est présent en abondance –, d’autres se montrent beaucoup plus pessimistes. Alors quid de l’avenir du lithium ?

L’exploitation plus ou moins intensive du lithium dépendra surtout du succès des voitures propres dans les années à venir. Or les ventes de batteries lithium-ion pourraient représenter, selon les prévisions de Pike Research et Lux Research, deux consultants américains spécialisés dans le conseil en matière de technologies propres, jusqu’à neuf milliards de dollars d’ici 2020.

Les experts de Lux Research ont élaboré différents scénarii, notamment en fonction de l’évolution du prix du baril de pétrole. Dans la mesure où les batteries au lithium représentent 80% du prix de vente d’une voiture électrique, un handicap face à la voiture classique moins onéreuse, plus le prix du baril augmentera plus vite les automobilistes franchiront le pas de la voiture propre.

Le prix des batteries devrait en outre baisser de 50% d’ici 2015 ou 2020 selon les deux études. Aucune raison donc pour que celui des véhicules ne baisse pas simultanément.

Si ces prévisions se réalisent, les réserves de lithium pourraient être de plus en plus sollicitées. Encore faut-il qu’elles soient suffisantes.

Etat des lieux des réserves exploitables

Dans le sud-ouest de la Bolivie, non loin des légendaires mines d’argent de Potosi, se trouve le plus grand gisement de lithium du monde. L’instabilité politique du pays a cependant amené les acteurs du marché à vouloir sécuriser leurs investissements. Le Chili est donc, du fait de l’implantation de la société allemande Chemetall entre autres, devenu le premier exportateur mondial du métal en 1997.

A côté de la méthode classique mais coûteuse de l’extraction du spodumène, minéral contenant du lithium, il est aussi possible d’en obtenir via l’évaporation du lithium contenu dans les saumures des lacs salés.

Les inquiétudes de ceux qui disent que les ressources ne suffiront pas et sont concentrées dans des zones géographiques trop restreintes sont-elles infondées ? Les défenseurs des voitures propres sont de ceux qui prétendent que la Terre recèle un potentiel en lithium immense, en Amérique du Sud donc mais aussi en Chine, en Australie, en Russie ou encore aux Etats-Unis (dans le Nevada et en Californie principalement). Sans compter les sites encore non explorés. Entre les déserts de sel, les océans et les ressources minérales il semble en effet y avoir de quoi faire, d’autant que la filière recyclage des batteries usagées pourrait constituer un apport considérable. Plus de 50% du lithium peut en effet être recueilli et réintroduit dans le circuit, permettant du même coup d’éviter de devoir systématiquement puiser à sa source naturelle.

Un article d’Hervé Kempf paru dans le Monde le 7 octobre 2008 a néanmoins généré bien des remous chez les défenseurs des batteries au lithium. Le journaliste y cite un rapport du consultant Meridian International Research publié en mai 2008, intitulé « The trouble with lithium 2 » et qui souligne que « les augmentations réalistes de production du lithium ne permettront pas de satisfaire une révolution de la propulsion automobile dans la prochaine décennie ». Et « dans le scénario le plus optimiste, elles ne pourraient fournir que 8 millions de véhicules hybrides du type GM Volt ». Il faut dire que même si les réserves semblent importantes, les ambitions des constructeurs automobiles doivent inciter à une certaine prudence.

La ruée vers… le lithium

En attendant une véritable « chasse au lithium » a commencé, selon l’expression employée par notre confrère du New York Times Clifford Krauss. Les constructeurs automobiles et leurs sous-traitants rivalisent pour se tailler la part du lion dans cette ruée qui n’est pas sans rappeler à certains celles vers l’or et vers le pétrole. On l’aura compris, le nouvel eldorado se trouve en Amérique du Sud.

Le géant australien Orocobre s’est par exemple associé à Toyota pour développer un projet de cent millions de dollars destiné à l’extraction du lithium en Argentine. L’entreprise Magna International, qui travaille avec Ford sur une version électrifiée de la Focus, a quant à elle investi dix millions de dollars dans une société canadienne qui entend elle aussi tirer son épingle du jeu dans la course au lithium argentin. Les entreprises françaises ne sont pas en reste, à l’image du groupe Bolloré, d’abord parti à l’assaut du marché bolivien avant de jeter son dévolu sur les lacs salés du nord de l’Argentine aux côtés du groupe minier Eramet. Les spéculations vont bon train – la tonne de lithium est passée de 350 dollars à 3 000 dollars entre 2003 et 2008 – et sont encouragées par les politiques toujours plus fermes des gouvernements. La France table par exemple sur un parc de deux millions de véhicules propres d’ici 2020.

Il serait souhaitable de ne pas alarmer l’opinion publique au sujet d’une pénurie de lithium encore très hypothétique et qui ne pourrait que freiner l’engouement de plus en plus perceptible de la population pour les voitures propres.

La vigilance doit toutefois rester de mise, également pour ce qui est de veiller à ce que les opérations d’extraction minière se fassent dans le respect de l’environnement. Les enjeux financiers ne doivent pas faire oublier aux constructeurs automobiles que s’ils ont recours au lithium, c’est avant tout pour protéger la planète en diminuant les rejets de CO2 de leurs voitures. Ce serait un comble que les ressources de lithium soient saccagées au mépris des règles écologiques les plus élémentaires.

Nasa earth observatory
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !