NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Le Kenya et la France mettent fin au commerce de l’ivoire

Le Kenya veut en finir définitivement avec le commerce de l’ivoire. C’est le message qu’a fait passer à la communauté internationale Uhuru Kenyatta, président de ce pays d’Afrique de l’Est, grâce à un vibrant plaidoyer prononcé dans le cadre d’un sommet régional sur la lutte contre le braconnage.

Invité à s’exprimer vendredi 29 avril lors d’un sommet africain organisé dans la ville de Nanyuki, au cœur de la vallée du Rift du Kenya, le président Kenyatta a indiqué que la seule manière d’empêcher l’extinction des éléphants sauvages, dont les populations sont violemment décimées par les braconniers, était d’interdire complètement le commerce de l’ivoire.

Ce ne serait pas moins de 30.000 pachydermes qui, chaque année, seraient abattus par des braconniers pour leurs défenses. Pire, les morts naturelles d’éléphants et celles imputées au braconnage dépassent le taux de reproduction de l’espèce.

Une situation que déplore le président kenyan. “Perdre nos éléphants, ce serait perdre une partie essentielle de l’héritage qui nous a été confié. Nous ne serons pas les Africains qui sont restés sans rien faire devant la disparition des éléphants”, a déclaré M. Kenyatta.

Le président du Kenya s’est ainsi engagé à demander l’interdiction totale du commerce de l’ivoire à la prochaine réunion de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction. Cette dernière se déroulera en septembre prochain en Afrique du Sud, à Johannesburg.

Le lendemain de son allocution, le président Uhuru Kenyatta a renforcé son engagement avec un geste des plus symboliques : la destruction de 105 tonnes d’ivoire dans le parc de Nairobi. Cette quantité “d’or blanc”, qui représente près de 5% du stock mondial, est la plus importante quantité d’ivoire jamais incinérée en une seule fois.

“Pour nous, l’ivoire n’a aucune valeur à part sur nos éléphants“, a expliqué Ali Bongo Ondimba, Président du Gabon, présent au moment de l’incinération de ces 16.000 défenses qui représentaient la quasi-totalité du stock kényan, accumulé depuis 1989 et l’interdiction du commerce international de l’or blanc. Puis, s’adressant aux braconniers : “Nous allons mettre un terme à votre business et la meilleure chose que vous puissiez faire, c’est de prendre votre retraite”.

Présente en marge de cette cérémonie de destruction, la ministre française de l’Écologie, Ségolène Royal, a annoncé l’interdiction de tout commerce d’ivoire en France. Cette décision, une première pour un pays d’Europe, a été saluée par les ONG de protection de l’environnement. Mme Royal a également indiqué qu’elle tenterait de porter cette mesure au niveau européen.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !