NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Le GIEC de la biodiversité, c’est dans la boîte !

Le GIEC de la biodiversité, c'est dans la boîte !
L'IPBES a officiellement été créée fin avril

Enfin ! Après d’interminables tractations, la création de l’IPBES (International Platform on Biodiversity and Ecosysterms), également appelé « GIEC de la biodiversité », est désormais actée. Un pas potentiellement déterminant pour la protection des écosystèmes.

Le réchauffement climatique a « sa » plate-forme dédiée depuis près de vingt-cinq ans. C’est désormais au tour de la biodiversité, dont la sauvegarde est l’un des enjeux environnementaux majeurs de ce début de millénaire.

Particulièrement long, le processus ayant conduit au lancement de cette nouvelle entité internationale très attendue et dont le modèle est calqué sur celui du GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) a pris fin le 21 avril dernier, au terme de « deux dernières journées de négociation qui ont permis aux délégués de s’entendre sur le texte formalisant (sa création) », rapporte le site Internet Fondationbiodiversite.fr, qui précise : « Les décisions prises pour opérationnaliser la plate-forme ont couvert ses fonctions et principes de fonctionnement [déjà agréés à Nairobi (Kenya) ], la structure de gouvernance de l’IPBES ainsi que des règles de procédure minimales ». « Un certain nombre de questions de première importance ont cependant été reportées à la première plénière de l’IPBES (qui se tiendra idéalement début 2013) telles que les possibles liens de la plate-forme avec le système des Nations Unies ou le mode d’adoption des décisions », ajoute-t-il.

De même, « d’importants travaux préparatoires devront également être réalisés dans les prochains mois afin de compléter le “paquet” d’éléments qui doit permettre à la première plénière de l’IPBES de commencer effectivement ses activités ». On sait en revanche que la plate-forme, vouée à jouer un rôle d’interface entre la communauté scientifique et les décideurs politiques, siègera à Bonn (Allemagne), l’ancienne capitale de la RFA.

La biodiversité aura bel et bien droit à son “GIEC”

Une « réponse de l’humanité » pour préserver l’environnement

Quatre organismes onusiens ont par ailleurs été sollicités pour continuer à soutenir la structure sur une base intérimaire et l’un d’entre eux – ou plusieurs – administrera le secrétariat une fois qu’il sera définitivement établi, rapporte Synergiz.fr : le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement), le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement), l’UNESCO et la FAO (Food and Agriculture Organization). Destinée à renforcer les capacités et l’utilisation de la science dans l’élaboration des politiques de protection de l’environnement, en particulier bien sûr celles en rapport avec la biodiversité, l’IPBES sera donc le pendant écosystémique du GIEC.

« Des années de débats souvent complexes et les négociations politiques ont aujourd’hui atteint une conclusion positive et un jalon en termes de réponse à venir de l’humanité pour inverser la perte de biodiversité et la dégradation des écosystèmes allant des forêts eaux eaux douces », a commenté Achim Steiner, directeur exécutif du PNUE dont les propos ont été repris par Synergiz.fr. On attend tout de même de savoir ce qu’il en sera dans les faits et si l’IPBES a les armes pour s’épargner une campagne de dénigrement semblable à celle qu’a subi le GIEC en 2010 et l’an passé…

Crédits photos : flickr / bayanga85 - lolodoc
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !