NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Le colosse de Diest, la merveille solaire de Toyota

Le colosse de Diest, la merveille solaire de Toyota
Désormais recouverte de panneaux solaires, l'usine Toyota de Diest pourrait marquer l'arrivée d'une déferlante photovoltaïque sur les structures du premier constructeur automobile mondial

L’usine Toyota de Diest (Belgique) est depuis le 24 mars un véritable « temple du soleil ». Quelque douze mille huit cents panneaux photovoltaïques à couche mince ont en effet été installés, moyennant sept millions d’euros, sur le toit de ce qui est en fait la plate-forme logistique européenne du constructeur automobile japonais. Un agrément qui ne passe pas inaperçu dans un pays pas spécialement exposé aux rayons astraux mais qui, selon l’Association européenne de l’industrie photovoltaïque (EPIA), a vu sa production d’énergie solaire croître de deux cent quatre vingt-douze mégawatts l’an passé.

Étendu sur une surface de quatre vingt mille mètres carrés, ce gigantesque quadrillage constitue l’une des plus importantes unités solaires d’outre-Quiévrain. Réalisé en partenariat avec le fournisseur Blue Planet Solar NV, il symbolise aussi la pérennité de l’engagement écologique d’un groupe qui s’est ralliée à la cause « verte » dès 1997. Cette année-là, il avait marqué les esprits nippons en commercialisant la Prius, toute première voiture hybride à avoir été mise sur le marché et qui est depuis devenue l’un de ses fers de lance.

La production de ce parc, inauguré par Tadashi Arashima, président de Toyota Motor Europe (TME), et Freya Van den Bossche, la ministre de l’Énergie de la Région Flamande, a été estimée à mille six cent vingt mégawatts (MW) par an – soit entre 15 et 20 % des besoins en électricité de la structure. Un rendement qui devrait générer une économie annuelle de mille sept cents tonnes d’émissions de CO2.

La transformation de l’usine de Diest ne serait toutefois qu’une étape vers un « but ultime : ne plus émettre d’émissions nocives ». Un objectif qui aux dires de M. Arashima va « au-delà de la simple utilisation de la voiture ». Résolument ambitieuse, la politique environnementale de Toyota concerne selon son responsable en Europe « le cycle de vie complet de ses produits ».

Autrement dit, il faut s’attendre à ce que celui qui, malgré la crise et le rappel en début d’année de neuf millions de ses véhicules en raison d’un défaut au niveau des pédales d’accélérateurs de plusieurs modèles, a conservé son leadership acquis en 2007 en matière de ventes de véhicules * procède à terme à beaucoup d’autres aménagements. L’installation photovoltaïque de Diest laisse augurer d’une conversion de l’ensemble des usines du groupe aux énergies renouvelables. Elle n’est sans doute qu’un début, mais un très bon début.

* : (sept millions huit cent dix mille véhicules vendus dans le monde l’an passé)
Crédit photo : Toyota
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !